Accueil

Moby Everything was beautiful and nothing hurt

V2.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 1 min

Après les punkoïdes This System Are Failing de 2016 et More Fast Songs About Apocalypse, en 2017, Moby a décidé de se calmer, histoire de renouer avec son (grand) public qui l’a découvert avec Play et 18 en 1999 et 2002.

On retrouve donc ici son électro-blues planant qui l’a rendu célèbre, avec ces voix féminines éthérées de rigueur. Dans sa chambre de Los Angeles, nous dit-il, il a réalisé ce disque plus spirituel (entre poésies de W.B. Yeats et analyse de la place de l’homme après le chaos). Le tout sur un agréable air de trip-hop.

Le site de Moby.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs