Accueil Économie Consommation

Jean-Marc Nollet: «Dans l’affaire Veviba, il y a eu un risque sanitaire élevé»

De la viande de bœuf découvert chez Verbist à Zottegem contenait une bactérie hautement pathogène associée à des maladies graves chez l’homme, a repéré le député Jean-Marc Nollet (Ecolo) dans le rapport de l’Afsca. De Block dément tout risque.

Journaliste au service Economie Temps de lecture: 3 min

Ce mercredi, la commission jointe Economie et Santé se penche une nouvelle fois sur l’affaire Verbist Viande Bastogne (Veviba). Elle débat, en présence des ministres concernés et de l’Agence pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca), sur base du rapport de l’Afsca demandé par le ministre Denis Ducarme (MR). Ce document se compose d’un résumé de l’affaire de dix pages et de très volumineuses annexes (4.000 pages).

C’est dans celles-ci que Jean-Marc Nollet, chef de groupe Ecolo à la Chambre, a découvert un élément troublant. Il s’agit d’un rapport sur une analyse microbiologique de la viande de bœuf de catégorie 3 (en principe non-destiné à la consommation humaine) dans un autre atelier de découpe de viande de Verbist à Zottegem. On peut y lire : « Dans un échantillon, il y a présence de E. coli productrice de Shigatoxine (STEC), possédant à la fois les gènes six et eae. On considère cette bactérie comme hautement pathogène si les gènes stx et eae sont présents dans l’isolat. Il s’agit du sérotype o157 : H7, cas de figure associé à des maladies graves chez l’homme. »

« Le système dans son ensemble a failli »

Jean-Marc Nollet en déduit que « notre système de contrôle n’a pas repéré qu’un acteur majeur du système alimentaire fonctionnait en faisant courir un risque sanitaire élevé aux consommateurs. Cela a de quoi arrêter la guéguerre entre la justice et l’Afsca. C’est le système dans son ensemble qui a failli avec une fraude sanitaire énorme. »

De Block rassurante

Il a pourtant été dit à plusieurs reprises par les autorités sanitaires que la santé publique n’a jamais été mise en péril dans l’affaire Veviba. D’ailleurs, ce mercredi matin, devant les membres de la commission Economie-Santé de la Chambre, Maggie De Block (Open VLD), ministre de la Santé, s’est montrée une nouvelle fois rassurante. « La Santé publique n’a jamais été atteinte. Je le répète, on n’a observé aucune augmentation des infections liées à l’alimentation, ni en province du Luxembourg ni ailleurs dans le pays. La première appréciation des risques avait établi qu’il existait un risque potentiel. L’Afsca a donc décidé de tout enlever du marché pour protéger les consommateurs. Une analyse a ensuite été faite dans un autre abattoir du groupe Verbist car il n’y avait plus viande de plaie à Bastogne. Ces analyses ont été effectuées sur des échantillons de plaie (viande de catégorie 3). Elles ont indiqué la présence de lystéria. Ce n’est pas surprenant car la viande de catégorie 3 n’est pas destinée à la consommation humaine. »

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

18 Commentaires

  • Posté par jean-marie dams, mercredi 21 mars 2018, 19:54

    Etonnant toutes les réactions...... d'après !!!! Les panneaux photovoltaïques .................. oh oh oh ......... Pas lui qui demanda avec force au peuple de ne plus utiliser la voiture ........ lui-même aux commandes d'un gros 4x4 !!!!! Eole souffle ........

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Consommation

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retrouvez l'information financière complète

L'information financière
Geeko Voir les articles de Geeko VacancesWeb Voir les articles de VacancesWeb