Accueil Opinions Chroniques

Quand la frontière linguistique est aussi une frontière pour les soins de santé

Les approches en matière de soins de santé, en particulier en ce qui concerne le dépistage de certains cancers, varient sensiblement d’une région à l’autre en Belgique. La lettre d’Ivan De Vadder, avec un regard sur la politique vue de Flandre.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 6 min

Rien ne fait monter la colère communautaire aussi vite que les discussions sur la différence d’approche entre le nord et le sud en matière de soins de santé. La semaine passée, une discussion virulente a eu lieu à la Chambre entre l’opposition (francophone) et la ministre de la santé, Maggie De Block. Daniel Senesael du PS a déclaré : «  Nous vous reprochons de ne jamais prendre en compte les réalités du Sud du pays. » La ministre De Block a répondu : «  Je dois avouer que je suis outrée par ces propos.  » La conclusion dévastatrice, par Bertrand Henne (RTBF) : «  Côté francophone, l’impression générale est de ne pas avoir de ministre de la Santé. Nous n’avons qu’une ministre de la Santé flamande.  »

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

8 Commentaires

  • Posté par Boros ALEXANDRE, mercredi 28 mars 2018, 13:04

    J'habite à Bruxelles et chaque année je reçois le courrier pour le dépistage. Je dois me rendre chez mon généraliste pour obtenir le kit de dépistage. Je fais le test chez-moi et l'envoie par la poste , les frais de poste sont déjà payés. Le résultat est envoyé chez mon généraliste.

  • Posté par Eric Lavenne, mardi 27 mars 2018, 7:14

    OUI ,existe une "frontière linguistique qui est également une frontière pour les soins de santé" ET ALORS !!!!!! où y voyez vous des problèmes impossibles à résoudre?........

  • Posté par Wathelet Michel, vendredi 23 mars 2018, 17:48

    Pour la citadelle à Liège, j'ai une attente de 6 mois pour un scanner. Pour le CHU j'ai une attente de neuf mois pour un ophalmo.

  • Posté par Pieyns Agnes, jeudi 22 mars 2018, 19:36

    Je ne contredirai pas ce qui est écrit - je n'en sais rien. Ce que je sais en revanche c'est que pour faire un examen IRM en province de Liège, voire de Luxembourg, il faut environ 3 mois et qu'à Tongres, un peu plus de 30.000 habitants, on obtient un rendez-vous en moins de 15 jours... L'accès aux imageries médicales, c'est aussi de la prévention ! Quant à favoriser le passage via un médecin généraliste, encore faudrait-il en trouver qui prennent encore des patients ... J'avais cru en retrouver un, il retiré sa plaque sans aucun mot d'explication ; la précédente qui avait réorienté sa carrière avait au moins annoncé son changement d'orientation professionnelle et remis son dossier médical à chaque patient.

  • Posté par DIDIER Plumat - Leboutte, jeudi 22 mars 2018, 16:30

    Sauf que c'est parfaitement faux pour le dépistage du cancer colorectal que je viens de faire pour la 3eme fois depuis mes 50 ans. On le recoit chez soit et on le fait chez soit avant d'envoyer tout cela par la poste et c'est tout à fait gratuit en FWB

Plus de commentaires

Aussi en Chroniques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs