Accueil Opinions Cartes blanches

Enseignement: pour un débat sans tabou sur le contenu du tronc commun

Les opinions les plus audibles dans le débat public concernant le Pacte d’excellence sont celles qui contestent l’allongement du tronc commun ou la remise en cause de certains découpages disciplinaires. Plus de 750 personnes demandent aux Parlementaires de la Fédération Wallonie-Bruxelles de ne pas se laisser enfermer dans les propositions gouvernementales et à oser ouvrir le débat sur les finalités de l’éducation.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 21 min

Définir le contenu du futur tronc commun constitue un enjeu essentiel. Il s’agit en effet de dire à quoi seront consacrées les 10.000 heures que nos enfants passeront à l’école entre 6 et 15 ans.

Ce débat est ouvert dans le cadre du Pacte pour un enseignement d’excellence. Malheureusement, les propositions des pilotes et négociateurs de ce Pacte restent trop engoncées dans la vieille tradition scolaire faite de découpages disciplinaires et de guerres de tranchées entre elles. Elles ne font pas davantage rupture avec un projet éducatif qui consiste pour l’essentiel à préparer les individus à la lutte des places et à la recherche de la performance économique. Elles ne prennent pas la mesure des défis d’une génération qui devra sortir l’humanité des logiques aliénantes et déshumanisantes que nous avons laissées se déchaîner.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Bihin Jean-Paul, samedi 24 mars 2018, 17:28

    Enfin une contribution qui nous recentre sur l'essentiel ! Merci. Mais il faut tirer les enseignements du passé. Le décret Mission a tenté ce genre d'approche et depuis... on a l'impression qu'on s'enfonce dans le marasme. Ce débat doit commencer dans les salles de profs... c'est là que les tabous font le plus de ravages mais c'est là aussi que la réflexion doit commencer. C'est là aussi que la créativité pédagogique peut être encouragée ou étouffée...

  • Posté par Jaspers Marie, jeudi 22 mars 2018, 23:17

    Il serait intéressant de connaître le pourcentage de citoyens en accord avec ce projet éducatif qui imagine que la petite FWB pourrait changer la face du monde! Quelle niaiserie!

  • Posté par Jaspers Marie, jeudi 22 mars 2018, 23:10

    Les seules personnes capables de donner un avis judicieux sur le tronc commun sont les professeurs du premier cycle qui viennent de vivre un passage automatique de deux ans!Une enquête systématique devrait être faite chez ceux qui connaissent et pas chez le citoyen lambda qui ignore de quoi il s'agit!Il est évident que des réformes rejetées par ceux qui sont sur le terrain ne pourront jamais fonctionner : c'est ce qui se passe depuis 30 ans!!!

  • Posté par Eric Lavenne, jeudi 22 mars 2018, 4:00

    A ce sujet , en ce journal ; ont été écrites , tant de divergences, que ; tous; nous sommes en droit de nous demander: "Mais quelles seront donc , les résultantes effectives ,à long terme, pour nos enfants , en ce qui est devenu, un phénomène d'une complexité telle, que peu s'y [retrouvent encore]".

  • Posté par Bihin Jean-Paul, samedi 24 mars 2018, 17:43

    Tout à fait juste. A lire les forums, on a l'impression de divergences énormes entre les avis des uns et des autres. Quand on écoute les réflexions dans les salles de profs, ces divergences peuvent sembler très importantes aussi. Pourquoi ? Parce que la grande majorité des enseignants travaillent seuls dans leur classe. Ils définissent seuls les finalités du boulot qu'ils vont accomplir. Dans de trop nombreux cas, il définissent seuls la manière dont ils vont évaluer les progrès de leurs têtes blondes et partagent au mieux quelques réflexions avec leurs collègues quand le boulot est terminé en fin de trimestre ou d'année. Tout travail et tout projet d'ordre pédagogique devrait commencer par une réflexion d'équipe. Une réflexion approfondie et qui vise des projets à long terme portés par des équipes. Il faut espérer que les "plans de pilotage" mis en place par le Pacte inciteront les équipes pédagogiques à travailler de cette manière et ne seront pas uniquement des outils pour assurer un contrôle d'objectifs...

Aussi en Cartes blanches

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs