Bruxelles paralysée par les taxis mardi: un rassemblement prévu au Heysel

Photo d’illustration ©D.R
Photo d’illustration ©D.R

Navetteurs et habitants de Bruxelles, il est temps de penser à une alternative à la voiture, du moins pour ce mardi. Dès 5 heures du matin, les principaux axes menant à la capitale seront bloqués par des taxis. Un cortège fera l’aller-retour vers Zaventem, ce qui promet de gros embarras en matinée, même si l’accès à l’aéroport ne sera pas à proprement parlé impossible. Les perturbations devraient durer toute la journée. Un grand rassemblement est prévu sur le plateau du Heysel. Ce coin-là est à fuir.

Edition numérique des abonnés

Il n’y aura pas d’échappatoire. Seule l’entrée par la E411, depuis Namur et le Luxembourg sera possible mais, ceux qui tenteront de rentrer dans la capitale seront vite empêchés de continuer. Des barrages filtrants seront organisés tout le long de la petite ceinture. Des collègues européens venus de France, Suisse ou du Royaume-Uni participeront à la manifestation.

Les taxis bruxellois demandent la démission du ministre de la mobilité Pascal Smet. Ils veulent être dédommagés pour la perte de valeur de leur licence. Ils exigent que la task-force prévue dans son plan soit mise en place tout de suite afin que les contrôles de police renforcés démarrent. Ils souhaitent enfin qu’une étude d’impact sur les effets du plan soit réalisée.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Politique|France|Bruxelles (Bruxelles-Capitale)|Royaume-Uni
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Chef de la Défense, le général Marc Compernol est confronté à un énorme problème de recrutement depuis plusieurs années.

    Le général Compernol, chef de la Défense: «On a un énorme problème. Beaucoup de gens quittent l’armée»

  2. © Belga

    L’épidémie de grippe frappe à nos portes, que faire?

  3. Mehdi Nemmouche a renvoyé à plus tard les réponses aux questions posées par la présidente Massart.

    Nemmouche, le procrastinateur, s’énerve et réserve ses réponses

Chroniques
  • Le renvoi vers l’école

    Avec la montée des inquiétudes face à l’essor des fake news, une idée revient en boucle : il faut que l’école s’empare de cette question. Il faut que des cours d’éducation aux médias soient organisés dans tous les établissements scolaires, qui permettent aux élèves de distinguer entre des informations et des rumeurs, entre un travail de journaliste et une stratégie de propagande, entre la fabrique du vrai et la fabrique du faux.

    L’idée est bonne, et elle n’est d’ailleurs pas neuve : il y a quelques dizaines d’années, on faisait la même proposition pour lutter contre l’influence croissante du marketing et de la publicité. Cette démarche paraît tellement naturelle qu’on l’applique – ou qu’on demande de l’appliquer – à bien d’autres enjeux. L’école doit...

    Lire la suite