Financement libyen: Ziad Takieddine affirme avoir bien rencontré Nicolas Sarkozy (vidéo)

Nicolas Sarkozy © AFP
Nicolas Sarkozy © AFP

Nicolas Sarkozy a été mis en examen (inculpé) mercredi soir pour « corruption passive », « financement illégal de campagne électorale » et « recel de détournement de fonds publics libyens ». Il dément toutes les accusations à son encontre.

Lors du journal de 20h de TF1, Nicolas Sarkozy a assuré n’avoir « jamais vu Takieddine depuis 2004 » et n’avoir « jamais reçu d’argent de sa part ». Au micro de Franceinfo, Ziad Takieddine, l’intermédiaire franco-libanais dit pourtant le contraire.

Ziad Takieddine déclare avoir rencontré plusieurs fois Nicolas Sarkozy depuis 2004, deux fois en Lybie et deux fois dans son appartement au ministère de l’Intérieur à Paris. « Je peux même vous décrire son appartement. J’ai décidé que ce monsieur était un sale type, un criminel, un minus. Qu’il réponde à la justice », a asséné Ziad Takieddine.

La note qui a tout déclenché

Le 28 avril 2012, dans l’entre-deux tours de la présidentielle, Mediapart lâche une bombe : il publie une note attribuée à Moussa Koussa, ex-chef des services de renseignement extérieur de la Libye, affirmant que le régime déchu de Mouammar Kadhafi avait accepté de financer pour « 50 millions d’euros » la campagne victorieuse en 2007 de Nicolas Sarkozy, alors en lice pour un nouveau mandat.

D’après le document diffusé par Mediapart, les 50 millions d’euros correspondaient à un « accord de principe » lors d’une réunion qui se serait tenue le 6 octobre 2006 en présence, côté français, du futur ministre de Nicolas Sarkozy, Brice Hortefeux, et de l’homme d’affaires franco-libanais Ziad Takieddine.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les succès électoraux des partis anti-système et d’extrême droite qui fleuri un peu partout en Europe laissait présager une vague eurosceptique au Parlement européen en mai prochain.

    Élections européennes: le Parlement échapperait au tsunami populiste

  2. En fait de «
majorité alternative
», le gouvernement Michel en affaires courantes reçoit surtout le soutien du parti nationaliste flamand.

    La suédoise est morte, mais elle ressuscite régulièrement au Parlement

  3. A 54 ans, l’institutrice Patricia Lhoest n’a rien perdu  de son enthousiasme.

    Les inégalités scolaires se (dé)jouent dès la maternelle

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 17: le night-shop, le faux pas du samedi soir

    Par Louise Tessier

    Samedi soir, 1h17. Après une soirée dans un bar, je suis prise d’une fringale que mes biscuits bio sans gluten ne pourront assouvir. Je m’arrête donc dans un des 250 night-shop bruxellois, acheter un gros paquet de chips barbecue. «  Vous vous fournissez où en fait m’sieur ?  », demandais-je innocemment, dans un élan de conscience journalistique. «  Bah, au supermarché  ». Damn it. Voilà comment j’ai, à mon insu, failli une nouvelle fois à mon défi. Pire : c’est un intermédiaire en plus dans la grande chaîne de l’industrie alimentaire, ce qui m’éloigne d’une des raisons de ce défi qui est de consommer en circuit court. Aïe aïe aïe.

    En plus de cela, les night-shops ont bien mauvaise réputation concernant la rémunération de leurs employés… et le blanchiment d’argent. Selon la Cellule de traitement des informations financières (CTIF), les magasins de nuit sont en pole position du blanchiment de fonds issus du trafic de stupéfiants. Ces petits commerces, qui...

    Lire la suite