Arnaud Beltrame, le héros de la triple attaque en France

Arnaud Beltrame
Arnaud Beltrame

Il s’est livré au ravisseur en échange de la libération d’une femme : le lieutenant-colonel de gendarmerie Arnaud Beltrame a fait preuve d’héroïsme vendredi, pendant la prise d’otages de Trèbes (Aude) et luttait contre la mort après avoir été blessé par balles par l’assaillant.

L’officier de 45 ans «  a sauvé des vies et fait honneur à son arme et notre pays », a salué le président Emmanuel Macron en rendant un hommage appuyé au « courage » de ce gendarme, qui « lutte actuellement contre la mort ».

Alors que l’assaillant venait d’abattre deux personnes dans un supermarché de la région de Carcassonne (Aude), «  le lieutenant-colonel de gendarmerie, qui était avec ses hommes, s’est volontairement substitué à un otage que le terroriste tenait et il est resté avec lui », avait expliqué plus tôt le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb.

Deux balles et des coups de couteau

Le gendarme « avait laissé son téléphone ouvert sur la table (…) et c’est lorsque nous avons entendu les coups de feu que le GIGN est intervenu », et a abattu l’auteur de l’attaque, qui se réclamait du groupe jihadiste État islamique, a-t-il détaillé à la presse.

Il a été blessé par balle à deux reprises et a reçu plusieurs coups de couteau par l’assaillant, a expliqué une source proche de l’enquête.

« Il s’est substitué à l’otage que le terroriste tenait pour se protéger, un acte d’héroïsme comme en sont coutumiers les gendarmes, les policiers qui s’engagent au service de la nation », a conclu le ministre.

Un exercice prémonitoire

Quelques instants plus tard, en sortant de l’hôpital où se trouve le gendarme, il a ajouté que son acte « mérite la reconnaissance de la nation ».

Nommé officier adjoint au commandement du groupement de gendarmerie de l’Aude en 2017, Arnaud Beltrame a été commandant de la compagnie d’Avranches (Manche) jusqu’en 2014, avant de devenir conseiller auprès du secrétaire général du ministère de l’Écologie. Il a accédé au rang de lieutenant-colonel en 2016.

L’officier, marié sans enfant, est décoré de l’ordre national du Mérite.

Fait prémonitoire, en décembre 2017, il avait participé à un exercice simulant une tuerie de masse dans un supermarché de la région, selon le quotidien régional La Dépêche du Midi.

Les forces de l’ordre procèdent régulièrement à ce type d’entraînement pour améliorer leur mode d’intervention en cas d’attentat.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les offres de service des libéraux francophones
: «
plus qu’une demande, moins qu’un chantage
»
?

    Négociations: tout le monde freine, même à Bruxelles

  2. ©News

  3. d-20171004-3H7GND 2019-07-11 06:57:30

    Les aides publiques aux aéroports régionaux dopent Ryanair… et les émissions de C02

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Gouvernements escargots

    Cette semaine, si tout va bien, le nouveau gouvernement bruxellois devrait voir le jour. C’est une prouesse en soi : la formation de l’exécutif de la capitale aura nécessité l’accord de six formations politiques, trois francophones et trois néerlandophones, et, dans le débat politique belge, Bruxelles est une Région qui cristallise souvent les tensions entre les premiers et les seconds. Un vrai gouvernement belge, en quelque sorte. Oui, c’est possible. Les Bruxellois entendent depuis quelques jours déjà parler de mobilité, de logement...

    Lire la suite