Arnaud Beltrame, le héros de la triple attaque en France

Arnaud Beltrame
Arnaud Beltrame

Il s’est livré au ravisseur en échange de la libération d’une femme : le lieutenant-colonel de gendarmerie Arnaud Beltrame a fait preuve d’héroïsme vendredi, pendant la prise d’otages de Trèbes (Aude) et luttait contre la mort après avoir été blessé par balles par l’assaillant.

L’officier de 45 ans «  a sauvé des vies et fait honneur à son arme et notre pays », a salué le président Emmanuel Macron en rendant un hommage appuyé au « courage » de ce gendarme, qui « lutte actuellement contre la mort ».

Alors que l’assaillant venait d’abattre deux personnes dans un supermarché de la région de Carcassonne (Aude), «  le lieutenant-colonel de gendarmerie, qui était avec ses hommes, s’est volontairement substitué à un otage que le terroriste tenait et il est resté avec lui », avait expliqué plus tôt le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb.

Deux balles et des coups de couteau

Le gendarme « avait laissé son téléphone ouvert sur la table (…) et c’est lorsque nous avons entendu les coups de feu que le GIGN est intervenu », et a abattu l’auteur de l’attaque, qui se réclamait du groupe jihadiste État islamique, a-t-il détaillé à la presse.

Il a été blessé par balle à deux reprises et a reçu plusieurs coups de couteau par l’assaillant, a expliqué une source proche de l’enquête.

« Il s’est substitué à l’otage que le terroriste tenait pour se protéger, un acte d’héroïsme comme en sont coutumiers les gendarmes, les policiers qui s’engagent au service de la nation », a conclu le ministre.

Un exercice prémonitoire

Quelques instants plus tard, en sortant de l’hôpital où se trouve le gendarme, il a ajouté que son acte « mérite la reconnaissance de la nation ».

Nommé officier adjoint au commandement du groupement de gendarmerie de l’Aude en 2017, Arnaud Beltrame a été commandant de la compagnie d’Avranches (Manche) jusqu’en 2014, avant de devenir conseiller auprès du secrétaire général du ministère de l’Écologie. Il a accédé au rang de lieutenant-colonel en 2016.

L’officier, marié sans enfant, est décoré de l’ordre national du Mérite.

Fait prémonitoire, en décembre 2017, il avait participé à un exercice simulant une tuerie de masse dans un supermarché de la région, selon le quotidien régional La Dépêche du Midi.

Les forces de l’ordre procèdent régulièrement à ce type d’entraînement pour améliorer leur mode d’intervention en cas d’attentat.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Chef de la Défense, le général Marc Compernol est confronté à un énorme problème de recrutement depuis plusieurs années.

    Le général Compernol, chef de la Défense: «On a un énorme problème. Beaucoup de gens quittent l’armée»

  2. © Belga

    L’épidémie de grippe frappe à nos portes, que faire?

  3. Mehdi Nemmouche a renvoyé à plus tard les réponses aux questions posées par la présidente Massart.

    Nemmouche, le procrastinateur, s’énerve et réserve ses réponses

Chroniques
  • Le renvoi vers l’école

    Avec la montée des inquiétudes face à l’essor des fake news, une idée revient en boucle : il faut que l’école s’empare de cette question. Il faut que des cours d’éducation aux médias soient organisés dans tous les établissements scolaires, qui permettent aux élèves de distinguer entre des informations et des rumeurs, entre un travail de journaliste et une stratégie de propagande, entre la fabrique du vrai et la fabrique du faux.

    L’idée est bonne, et elle n’est d’ailleurs pas neuve : il y a quelques dizaines d’années, on faisait la même proposition pour lutter contre l’influence croissante du marketing et de la publicité. Cette démarche paraît tellement naturelle qu’on l’applique – ou qu’on demande de l’appliquer – à bien d’autres enjeux. L’école doit...

    Lire la suite