Mobilisation devant l’ambassade d’Iran à Bruxelles en soutien aux prisonniers d’opinion

© Belga
© Belga

À l’occasion du Nowrouz, le nouvel an perse, près d’une centaine de personnes se sont rassemblées vendredi de 18h30 à 20h30 pour une veillée aux flambeaux devant l’ambassade d’Iran, située avenue Franklin Roosevelt à Ixelles, en solidarité avec les prisonniers iraniens privés d’un procès équitable.

Cette mobilisation a réuni des militants d’Amnesty International, des représentants des universités VUB et ULB ainsi que de membres de la diaspora iranienne. Des flambeaux ont été allumés entre l’ULB et l’ambassade. De la musique iranienne a été jouée et des poèmes ont été lus en persan. En soutien à la mobilisation des femmes iraniennes contre le port du voile obligatoire, trois femmes habillées de vêtements traditionnels ont pendu leurs foulards au bout d’un bâton.

Des personnes condamnées ayant des liens avec la Belgique

Le recteur de l’ULB Yvon Englert a rappelé que cette manifestation s’inscrit dans la lignée des précédentes et que l’université continuera à se mobiliser à l’avenir. « Nous voulons signifier aux autorités iraniennes que nous n’abandonnons pas le combat en faveur des prisonniers qui croupissent dans leurs geôles suite à des procès entachés d’irrégularités », a surenchéri Philippe Hensmans, directeur de la section belge francophone d’Amnesty International.

L’action vise notamment à soutenir Hamid Babaei, un étudiant poursuivant une thèse à l’Université de Liège condamné en Iran le 21 décembre 2013 à six ans d’emprisonnement pour «  atteinte à la sécurité nationale par la communication avec des États hostiles », en l’occurrence la Belgique. Les manifestants demandent aussi à ce que le médecin Ahmadreza Djalali, professeur invité à la VUB condamné à mort pour espionnage en 2017, ait accès à des soins professionnels étant donné son état de santé alarmant. Ils portent encore le nom de Narges Mohammadi, défenseure des droits humains condamnée en 2016 à 16 ans de prison pour s’être exprimée sur l’usage de la peine de mort et des attaques à l’acide contre les femmes. Elle aussi est gravement malade.

Élections communales 2018
 
 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Il y aura un décumul. Il n’y a personne qui sera bourgmestre et député chez nous, c’est très clair
», explique Olivier Maingain. © Dominique Duchesnes.

    Malgré le décumul, les bourgmestres Défi pourront se présenter aux régionales

  2. Dmitri Rybolovlev aux côtés du prince Albert dans la tribune de l’AS Monaco
: une proximité qui suscite des interrogations. © Reuters.

    Football Leaks: les amitiés suspectes du patron de l’AS Monaco dans la Principauté

  3. Le mot d’ordre des citoyens qui se sont mobilisés
: améliorer le pouvoir d’achat. Avec une pancarte au slogan explicite.

    «Stop aux taxes»: les gilets jaunes ont bloqué la raffinerie de Feluy

  • La vitalité civile, une ressource qu’il ne faut pas négliger

    Alors, Docteur ? Le diagnostic posé par la Fondation Roi Baudouin est sans appel : il n’y a jamais eu autant de collectifs citoyens en action. Près de 250 sont nés durant les deux années 2015-2016 sur lesquelles porte l’étude qu’il a réalisée. L’autre constat est tout autant sans appel : depuis la crise financière de 2008-2009, ce nombre ne cesse de croître. Faut-il s’en inquiéter ?

    Au contraire ! Que voilà une bonne nouvelle. Au sein de la société, des hommes et des femmes...

    Lire la suite