Carles Puigdemont a été arrêté en Allemagne

Carles Puigdemont a été arrêté en Allemagne

L’ex-président catalan Carles Puigdemont, sous le coup d’un mandat d’arrêt européen lancé par l’Espagne, a été arrêté dimanche par la police allemande à la frontière avec le Danemark, a-t-on appris de source policière.

Le dirigeant indépendantiste «a été arrêté aujourd’hui à 11H19 par la police autoroutière du Schleswig-Holstein», a déclaré à l’AFP un porte-parole de la police. «Il est maintenant sous la garde de la police», a-t-il ajouté.

Cette arrestation a été confirmée par la porte-parole du parti de M. Puigdemont, Anna Grabalosa. «Cela s’est passé au moment où il franchissait la frontière germano-danoise. Il a été bien traité et ses avocats sont là-bas. C’est tout ce que je peux dire», a-t-elle déclaré.

Carles Puigdemont avait fui à Bruxelles fin octobre 2017 pour échapper aux poursuites pour «rébellion» et «sédition» dont il fait l’objet en Espagne, à la suite de la tentative ratée de sécession de la Catalogne l’automne dernier. L’avocat de M. Puigdemont, Jaume Alonso Cuevillas, a précisé sur Twitter que son client avait été interpellé alors qu’il rentrait en Belgique après un séjour en Finlande.Le juge espagnol en charge du dossier avait émis vendredi des mandats d’arrêt européens contre M. Puigdemont et cinq autres dirigeants séparatistes catalans en fuite.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Crise en Catalogne|Arrestation|Allemagne|Finlande|Belgique
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©Belga

    Les coulisses du retour de Vincent Kompany à Anderlecht

  2. Oulare et les Rouches n’ont eu que peu d’occasions à Genk dimanche.

    Le Standard en Europe sans passer par la case «barrage»

  3. La Belge Sylvia Huang se produira ce lundi.

    Dernière ligne droite pour les finalistes du Reine Elisabeth

Chroniques
  • Mawda, la dignité humaine

    Voilà un an que la petite Mawda a été tuée par un policier, lors d’une course-poursuite absurde qui s’inscrivait dans la chasse aux migrants lancée et voulue par Theo Francken et Jan Jambon, encouragée et autorisée par Charles Michel – l’opération « Medusa » dont le but était clairement de « faire du chiffre » en interpellant un maximum de migrants tout en prétendant lutter contre « la traite des êtres humains ». Tout, dans cette affaire et dans la gestion politique de ce dossier, est indigne, côté gouvernement. Heureusement, des citoyens et des citoyennes ont pu, un tant soit peu, sinon sauver l’honneur de notre pays, du moins rendre un peu de dignité aux victimes.

    Hasard de calendrier ? Sans doute pas tout à fait ; ce samedi 18 mai, Hart boven Hard et Tam-Tam organisent...

    Lire la suite