Accueil Société

Futuromètre: 82% des Belges pensent que la qualité des soins de santé est menacée

Selon un sondage AQ Rate, mené en collaboration avec Le Soir et la RTBF, les Belges témoignent d’un haut taux de confiance dans le système de santé. Mais s’inquiètent pour l’avenir.

Journaliste au service Enquêtes Temps de lecture: 2 min

Après un zoom sur l’enseignement, le travail et les aspirations pour la société demain, l’institut AQ Rate, en collaboration avec Le Soir et la RTBF, s’est penché sur la perception, par les Belges francophones, du système de santé. Et l’image est plutôt rassurante.

Une grande confiance dans le système

C’est suffisamment rare pour être souligné : ce Futuromètre présente une opinion positive à l’égard du système de santé. Très positive, même. Les 3.490 Belges francophones sondés témoignent ainsi d’une grande confiance envers leur médecin traitant (92,5 %) et plus largement dans la qualité des soins de santé du pays (85,4 %).

Crainte pour l’avenir

Si l’image est positive, 82 % des sondés estiment que la qualité des soins est désormais menacée par les restrictions budgétaires. Un peu plus de la moitié ont d’ailleurs déjà le sentiment que celle-ci est en baisse. De sorte que les propositions appelant à un refinancement de la sécurité sociale et à davantage de contrôles dans la gestion des coûts rencontrent une forte adhésion (plafonnement de certains remboursements, sanction à l’encontre des « profiteurs »…).

Autre source d’inquiétude : la pénurie de médecins. Près de 9 francophones sur 10 craignent que la limitation du nombre de numéros Inami délivrés ne crée une pénurie et 60 % disent déjà éprouver des difficultés à consulter un médecin dans un délai raisonnable.

Moralisation

La ministre de la Santé, Maggie De Block (Open VLD) a créé la polémique en proposant de supprimer le remboursement du dépistage du cancer du sein pour certaines catégories d’âge. Avant de faire machine arrière. Bien lui en a pris. L’idée n’emporte que 10 % d’adhésion auprès de la population sondée. Pour autant, les Belges ne sont pas totalement fermés à des mesures drastiques. 47 % des répondants approuvent la limitation de l’accès à certains soins chez les personnes qui adoptent un comportement à risque après une première alerte (refuser une greffe de poumon à un fumeur, de foie à un alcoolique…).

L’attrait des médecines douces

Médecines douces et produits naturels ont la cote. Alors que seuls 51,9 % des sondés disent avoir confiance dans les produits développés par les laboratoires pharmaceutiques, plus de 7 Belges sur 10 réclament que les traitements issus de médecines alternatives soient remboursés au même titre que les médicaments classiques. 37 % des francophones affirment d’ailleurs se soigner essentiellement via des produits naturels ou homéopathiques.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

14 Commentaires

Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko