Pollution de l’air: Greenpeace poursuit en justice la Wallonie et la Flandre

© Reporters
© Reporters

Comme annoncé, Greenpeace poursuit en justice les gouvernements wallon et flamand pour obtenir des mesures plus représentatives de la qualité de l’air. Le 11 septembre dernier, l’ONG avait mis en demeure les ministres de l’Environnement Carlo Di Antonio (pour la Wallonie) et Joke Schauvliege (pour la Flandre). Ces derniers avaient répondu que les systèmes en place satisfont aux normes européennes et régionales. Pas convaincue, Greenpeace va les citer lundi à comparaître en urgence, devant les tribunaux de première instance de Namur pour le premier et Bruxelles pour la seconde.

« Le problème majeur en Wallonie reste le réseau de mesure de la pollution de l’air qui est peu représentatif, en particulier en ce qui concerne le dioxyde d’azote (NO2). L’absence de mesures dans les zones très urbanisées signifie que les chiffres officiels sous-estiment l’exposition réelle des citoyens à la pollution de l’air », explique Juliette Boulet, porte-parole de Greenpeace Belgique.

Pour l’organisation, les autorités doivent tenir compte de l’effet de « canyon urbain »  : la pollution a tendance à stagner dans les rues étroites bordées de bâtiments élevés. En Flandre, des recherches scientifiques ont montré que de tels canyons existent dans toutes les grandes villes et que la norme européenne pour le dioxyde d’azote y est régulièrement dépassée. Il n’y a « aucune raison  » de croire que les villes wallonnes sont épargnées.

Or, en Wallonie, aucune station de mesure n’est implantée dans ces zones les plus problématiques. Les données récoltées ne sont donc pas représentatives, considère Greenpeace, qui a choisi Maîtres Marc Nève, Karolin Arari-Dhont et Johan Verstraeten pour faire valoir ses arguments en justice.

En Flandre, l’écart entre les chiffres officiels et la pollution réelle est reconnu mais la Région n’a pas adapté sa politique en conséquence, déplore l’association. Pour le nord du pays, elle exige un nouveau plan d’urgence sur la qualité de l’air ainsi qu’un plan spécifique pour Anvers, puisque les chiffres officiels montrent que les seuils n’y sont pas respectés. Plusieurs citoyens et le groupe d’action « stRaten-Generaal » ont également décidé de poursuivre le gouvernement flamand.

La Région bruxelloise n’est pas en reste puisqu’une action à son encontre, initiée par l’ONG Client Earth, est toujours en cours. Avant de se prononcer, le tribunal de première instance a décidé d’interroger la Cour de justice de l’Union européenne.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Dick Rodgers, 71 ans, milite en faveur de l’Europe, en terres pro-Brexit.

    Royaume-Uni: les élections européennes au Royaume-Uni fleurent bon la désillusion des citoyens

  2. Brad Pitt, Quentin Tarantino, Margot Robbie et Leonardo DiCaprio ont rendu fous les festivaliers, journalistes, photographes, cinéphiles.

    Brad Pitt à Cannes: «En août 1969, Hollywood a perdu son innocence»

  3. Thomas Gunzig, Laurent Durieux et Jaco Van Dormael ont bourdonné d’idées autour de la table à dessin de François Schuiten.

    Le making-of du nouvel album de Blake & Mortimer, «Le Dernier Pharaon»

Chroniques
  • Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

    Jusqu’à présent, le moment le plus captivant de la campagne électorale en Flandre a été l’interruption par des activistes climatiques d’un débat électoral entre Guy Verhofstadt, député européen libéral, et Geert Bourgeois, tête de la liste européenne de la N-VA et actuel ministre-président de la Flandre. Ils ont lancé des confettis et des tracts sur les deux hommes politiques, et se sont jetés par terre dès que les agents de la sécurité ont essayé de les écarter du plateau. Après le lancement par la rédaction d’une séquence sur un thème tout à fait différent, les activistes ont été écartés et remis dans les mains de la police. Le débat put reprendre, mais le suspense avait disparu.

    L’insipidité de la campagne électorale en Flandre a, selon moi, plusieurs causes : la proximité des élections précédentes, en octobre dernier, pour le niveau communal, qui à ce moment-là était le premier scrutin depuis plus de quatre ans ; ou encore,...

    Lire la suite

  • Le double combat européen d’Emmanuel Macron

    En politique européenne, vaut-il mieux avoir raison seul, ou avoir un peu moins raison mais en coalisant des forces autour de soi pour faire progresser ses idées ? C’est la question que nous avons posée au président Emmanuel Macron, que beaucoup – y compris ce journal – jugeaient s’être enfermé ces derniers temps dans des positions notoirement minoritaires. Elles ont conféré une image de perdante à la France, particulièrement face à l’Allemagne d’Angela Merkel, sa partenaire que l’on dit beaucoup plus irritée par le président français...

    Lire la suite