Accueil Société Régions Bruxelles

Au pays des taxis bruxellois, on pleure, on chante, on crie

À la veille d’une manifestation qui paralysera Bruxelles, immersion dans le quotidien de deux chauffeurs bruxellois. Fâchés contre les politiques, les taximen se sentent abandonnés.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 8 min

On a tous en tête une foule de clichés sur les taxis. Ils sont rarement flatteurs pour cette profession mal-aimée du grand public. La manifestation qui paralysera Bruxelles ce mardi ne devrait pas arranger les choses. Eux affirment ne pas avoir le choix. Être face à un mur. Ils se sentent minuscules David face à un ministre qui ne les écoute pas, sous la coupe d’un Goliath américain dont-ils-ne-prononcent-pas-le-nom (Uber).

Inquiets, désabusés et surtout en colère, ils veulent sensibiliser la population. «  On mène un combat d’avant-garde, martèle Sam Bouchal, président de la Febet, association qui représente les taxis bruxellois. Si on perd cette bataille qui porte le nom d’uberisation de la société, tous les secteurs d’activité seront impactés. On déconstruit sans avancée sociale. Les gens doivent comprendre ça et être indulgents.  »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par albert vynckier, lundi 26 mars 2018, 14:21

    si vous voulez pas être taximen, devenez taxmen

Aussi en Bruxelles

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs