Accueil LuxFiles

LuxFiles: Luxembourg, le jardin fiscal des Belges

Que le Grand-Duché soit un paradis accueillant pour l’argent étranger n’a rien d’un scoop. Mais pour la première fois, une gigantesque masse de fichiers dans laquelle nous avons pu plonger permet d’objectiver la présence massive des Belges au Luxembourg.

Temps de lecture: 3 min

Sa petite Suisse et la vallée de la Moselle font les délices des touristes d’un jour. Mais des dizaines de milliers d’entreprises belges et étrangères ont surtout été séduites par le bon accueil fiscal du grand-duché de Luxembourg. Au point d’y réserver leur séjour sur le long terme.

Durant plusieurs mois, les quotidiens Le Soir et De Tijd ont mené, en collaboration, une investigation sur une imposante masse de documents extraits du registre de commerce du Luxembourg. Le résultat donne une photo assez précise de l’intérêt qu’offre aujourd’hui encore le havre fiscal luxembourgeois pour les sociétés qui s’y enregistrent. Sa stabilité politique, sa situation géographique et sa législation plus permissive en matière financière en ont fait l’incontournable jardin fiscal de milliers de contribuables belges. Ethique ? Au lecteur de se faire sa religion. Et toujours légal ? Ce sera à la justice de trancher.

Tout le spectre des entrepreneurs

Mais qui sont ces Belges, qui ont choisi de créer discrètement des entreprises au Grand-Duché ou d’y occuper une fonction d’administrateur ? C’est l’un des enseignements de notre investigation : toutes les catégories d’entrepreneurs y sont représentées. On y trouve la majorité des cent personnalités et familles les plus riches du pays, mais aussi des entreprises qui ont pignon sur rue chez nous, des sportifs, des artistes, un homme politique influent et une jolie brochette d’escrocs.

Difficile d’évaluer avec précision combien de Belges sont – ou ont été – actifs dans des entreprises enregistrées au Luxembourg. Mais une simple recherche sur le mot Belgique dans notre « leak » donne pour résultat plus de 78.000 occurrences. Et parmi les entreprises découvertes durant nos recherches, une écrasante majorité se compose de simples sociétés boîtes aux lettres, des holdings dont l’objet est purement financier, sans qu’elles soient liées à des activités économiques ou génératrices d’emploi au Grand-Duché.

Tremplin vers les paradis fiscaux

Si le Belge en quête d’opportunités fiscales hors de son pré carré se tourne naturellement vers le Luxembourg tout proche, il est loin d’être isolé. Un pourcentage appréciable des plus grandes fortunes mondiales y ont également trouvé refuge, faisant de ce territoire exigu les Nations unies de la finance. Parfois même, le Luxembourg n’est qu’une étape, une rampe de lancement vers d’autres paradis fiscaux comme les îles Vierges britanniques ou le Panama.

Le registre de commerce grand-ducal est librement accessible via l’internet. Mais pour y effectuer une recherche avec succès, il faut connaître le nom d’une société ou son numéro d’enregistrement. Le « leak » auquel Le Soir et De Tijd ont pu avoir accès, grâce à une coopération avec Le Monde et Mediapart, est d’une tout autre ampleur. Constitué de plus de 1,5 million de documents, ce jeu de données permet de faire une recherche sur n’importe quel mot contenu dans le registre, depuis le tournant du siècle jusqu’à l’année 2016. En clair, en tapant le nom d’une personne, on peut déterminer si elle dispose en son nom d’une société de droit luxembourgeois.

Certes, on trouve sur internet des sites permettant des recherches détaillées du même type. A notre connaissance cependant, aucun d’entre eux ne permet de prendre la mesure du tourisme fiscal qu’autorise le Luxembourg de manière aussi exhaustive que le « leak » sur lequel nous avons eu la chance de travailler. Durant cinq jours, nous vous invitons à nous accompagner dans nos découvertes.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Taverne Henry, mardi 27 mars 2018, 14:13

    Et pendant ce temps de dérive fiscale qui profitent aux riches belges les infirmières des services d’urgence des hôpitaux sous-payées et travaillent dans des conditions inacceptables.

Sur le même sujet

Aussi en LuxFiles

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs