Accueil Monde Union européenne

Carles Puigdemont: au tour de l’Allemagne de se confronter à un cruel dilemme

Le leader indépendantiste catalan, Carles Puigdemont, va rester en détention provisoire en Allemagne, le temps que la justice se prononce sur une éventuelle extradition vers l’Espagne qui l’accuse de « rébellion ». Aucune décision n’est attendue avant Pâques.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Depuis Berlin

Carles Puigdemont va « rester en détention dans un premier temps, jusqu’à ce qu’une décision soit prise concernant une procédure d’extradition », a annoncé lundi le tribunal régional de Kiel, dans la région du nord de l’Allemagne où il avait été arrêté dimanche sur l’autoroute. La décision sur son extradition ne sera pas prise cette semaine, a précisé le procureur général de Kiel, Friedrich-Georg Güntge.

Sous le coup d’un mandat d’arrêt européen lancé par l’Espagne, il avait été arrêté dimanche 25 mars par la police allemande près de la frontière avec le Danemark, cinq mois après avoir fui son pays, avant d’être présenté hier à un juge pour identification et présentation du mandat d’arrêt.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Wathelet Michel, mardi 27 mars 2018, 14:29

    Si pour l'Allemagne « L’Espagne est un Etat de droit démocratique », a insisté Steffen Seibert, alors l'Allemagne ne doit même pas se poser des questions et remettre à la justice Espagnole qui jugera selon les règles du droit et de la constitution espagnole ».

  • Posté par Roland MARTIN, mardi 27 mars 2018, 19:20

    Si, tout comme la Belgique, l'Allemagne considère que son premier "prisonnier politique" (cfr: Süddeutsche Zeitung") risque de ne pas être jugé équitablement par l'Espagne où semble régner une confusion entre le législatif et l'exécutif, il est normal d'accorder l'asile politique au fugitif. Le silence de Junker est assourdissant.

Aussi en Union Européenne

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs