Accueil Économie Agriculture

Maxime de Rostolan: «À l’avenir, il faudra compter en triple capital: financier, humain et naturel»

Alors que les crises alimentaires se succèdent, l’agro-écologie se profile comme solution d’avenir. Maxime de Rostolan, fervent défenseur de cette pratique agricole, fait part de ses idées révolutionnaires pour abandonner l’agriculture chimique.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 6 min

O n a 20 ans pour changer le monde »  : c’était le titre du documentaire proposé en ouverture du festival « Nourrir Liège ». La réalisatrice Hélène Médigue a suivi durant un an, à travers les champs, Maxime de Rostolan, le fondateur du réseau « Fermes d’Avenir ».

Ingénieur de formation, il a développé en 2014 une microferme agro-écologique sur 1,4 hectare à Montlouis-sur-Loire, en Indre-et-Loire. En parallèle, grâce à sa structure Blue Bees, il a levé 3 millions d’euros en deux ans pour financer 200 projets agricoles et alimentaires vertueux. L’été dernier, il a lancé le « Fermes d’Avenir Tour », véritable parcours à la rencontre des fermes remarquables partout en France. Pendant trois mois et 30 étapes, des centaines de personnes à vélo ont visité plus de 200 fermes qui ont adopté un modèle original de développement, en phase avec la nature.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Agriculture

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs