Accueil Société Régions Namur-Luxembourg

Arlon: dix ans d’Aralunaires, entre concerts et patrimoine

50.000 spectateurs, 523 groupes et 100 endroits de concerts, voilà le bilan chiffré de dix années d’Aralunaires. Girls in Hawaii ouvrira le festival le 1er mai, et Louis Piscine vous invite pour un concert inédit, dans une… piscine !

Journaliste de la cellule wallonne Temps de lecture: 3 min

Cela fait déjà dix ans que le festival des Nuits de l’Entrepôt s’est mué en festival urbain des Aralunaires qui met en lumière les musiques et le patrimoine de la ville, durant 5 ou 6 jours. Un festival original, dans des lieux privés et publics tantôt classiques, tantôt inattendus, avec des surprises, comme cet événement créé l’an passé, avec un concert d’un groupe gardé secret dans un lieu tout aussi secret. Le rendez-vous se termina à l’ulmodrome de Sterpenich. Cette année, mystère. Mais côté originalité, on peut déjà annoncer un concert de Louis Piscine dans la… piscine de l’athénée, avec les spectateurs qui seront dans l’eau et les musiciens autour… Voilà pour l’aspect fun et déjanté.

En 2008, Frédéric Lamand et Jean-Pierre Pirson, alors mentors de l’ASBL Losange Fondation qui avait lancé les Nuits de l’Entrepôt, cherchaient un nouveau souffle pour leur festival. Après une rencontre avec l’échevin Jean-Marie Triffaux, le concept est né, en alliant des groupes découvertes au patrimoine du chef-lieu. Le nom d’Aralunaires fut choisi en référence à Ara Lunae, l’autel de la lune dont la légende dit qu’il était dédié à la lune, sur les hauteurs de la butte de la Knippchen.

La Ville est d’emblée devenue partenaire et la première édition en 2009 attira 4.300 festivaliers mais aussi 500 personnes en découverte touristique de la ville.

Au fil des ans, le festival a évolué, s’alliant un temps aux Rencontres photographiques, à un rallye musical, un restaurant éphémère, etc. L’agenda a également été modifié, passant de dix à cinq jours et six cette année, pour s’offrir une belle tête d’affiche isolée avec les Girls in Hawaii qui retrouveront le hall polyvalent des débuts, le 1er mai.

Toujours, les organisateurs cherchent et trouvent de nouveaux lieux de concert, des appartements, des magasins ou autres, comme la piscine cette année qui s’ajoutera à la liste présente ou passée des églises St-Donat et du Sacré Chœur, au hangar Caméo, à la tour romaine, à la synagogue, au musée, au camp Bastin, etc. En tout, les Aralunaires ont déjà vibré dans 100 lieux arlonais.

Quant à la programmation 2018, elle poursuit divers axes, commente Sébastien Cuvelier, membre de l’ASBL Les Aralunaires. « Nous avions toujours rêvé de faire venir les Girls in Hawaii, un groupe qui incarne notre ligne de travail. C’est fait ! Par ailleurs, on mise aussi sur la jeunesse et le festival donne la chance à des groupes en qui on croit. Tertio, on fait un clin d’œil à la programmation du passé. Normalement, on ne reprend pas le même groupe deux fois. Mais il y aura tout de même Arno, qui revient dans une formule différente puisque ce sera son répertoire du début avec Tjens Matic. On est aussi heureux de réinviter Arnaud Rebotini, qui avait donné un concert au hall polyvalent en 2009 et qui est devenu le César de la meilleure musique de film. »

L’autre fil conducteur est, on l’a dit, le chapelet de salles de concerts variées et de capacité différente. Et puis, il y a la mise en avant d’un label belge, depuis deux ans. Ce sera la plateforme Luik Records qui sera à l’honneur le 6 mai.

Infos : www.aralunaires.be

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Namur-Luxembourg

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Lesoir Immo Voir les articles de Lesoir Immo