Accueil Société

Le sexe à l'université a de nouveaux effets indésirables

Une enquête de l’UCL pointe des conséquences délétères de la vie sexuelle étudiante actuelle.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Après celle sur l’alcool et une prochaine sur la nutrition, « l’Enquête santé » réalisée par l’UCL auprès de sa population étudiante se concentre sur la vie affective et sexuelle des étudiants. Questionnés en février 2016, plus de 2.000 étudiants âgés de 18 à 30 ans ont été sondés sur le campus de l’UCL. Parmi eux, 58 % de femmes et 42 % d’hommes.

Cette enquête a rassemblé plusieurs acteurs : l’Observatoire de la vie étudiante, Univers santé, le Service d’aide aux étudiants, mais aussi l’Assemblée générale des étudiants de Louvain (AGL) et le Cercle homosexuel de Louvain-la-Neuve (CHELLN). L’objectif : dresser un panorama des comportements sexuels des étudiants pour améliorer la prévention dans les services mis à leur disposition.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs