Accueil Société

Wesphael-Pirotton, une affaire sans fin

Les « doutes » de l’arrêt d’acquittement ne satisfont personne. « Une deuxième mi-temps » du procès d’assises, dénonce la défense

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

La comparution de Bernard Wesphael, cité mardi, devant la 4e chambre du tribunal civil de Liège sur citation de Victor, le fils de Véronique Pirotton et du père de celui-ci, Konstantinos Tzermias, est «  la deuxième mi-temps d’une mauvaise pièce » qui entendrait revisiter l’arrêt d’acquittement prononcé par la cour d’assises du Hainaut, a dénoncé Me Didier Pire, l’avocat de l’ex-député wallon. Pour rappel, le corps de son épouse sans vie avait été découvert le 31 octobre 2013 dans la chambre 602 de l’hôtel Mondo, à Ostende.

Il ne pouvait en être autrement. Les « doutes » retenus par la Cour d’assises dans son arrêt d’acquittement avaient laissé sans réponse les questions relatives aux causes de la mort de Véronique Pirotton.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs