Accueil Belgique

La marge de manœuvre syndicale est réduite

Tant la CSC que la FGTB veulent un impôt sur le capital. Mais ils ont peu de chances d’être entendus. Analyse.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Politique Temps de lecture: 2 min

Les syndicats s’invitent ces derniers jours dans le débat sur le glissement fiscal. Pour rappel, le fédéral souhaite réduire les charges sur le travail, et compenser cette baisse de revenus par des réductions de dépenses publiques ou des augmentations de la fiscalité. On évoque essentiellement une taxation des plus-values spéculatives, une augmentation de la TVA et une hausse des accises sur le diesel.

Depuis le début de la législature, les syndicats exigent un rééquilibrage de l’accord gouvernemental. Ils ont dû encaisser l’augmentation de l’âge légal de la retraite, la réforme des prépensions et le saut d’index. Mais ils n’ont pas vu venir, à ce jour, une taxation du capital susceptible de leur donner un symbole. Aussi sont-ils très attentifs à ce que le gouvernement va décider.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs