Accueil Techno

Le smartphone, cet espion dans votre poche

FBI, NSA et CIA estiment qu’il vaut mieux se passer de smartphones chinois. Si l’espionnage via les smartphones est réaliste, il a peu de chance d’être généralisé.

Décodage - Journaliste au pôle Multimédias Temps de lecture: 5 min

En février dernier, les pontes du FBI, de la CIA et de la NSA, entendus lors d’un comité sénatorial, avaient conseillé à leurs compatriotes et aux pouvoirs publics d’éviter de se fournir en smartphones chinois. Dans leur viseur : les géants Huawei et ZTE. Selon ces responsables, les liens entre certaines de ces entreprises et les autorités chinoises sont trop forts.

Ils se disent « profondément inquiets à propos des risques qu’impliquerait le fait de laisser n’importe quelle entreprise détenue par un gouvernement étranger qui ne partage pas nos valeurs obtenir des positions de force dans nos réseaux de télécommunication », a insisté Chris Wray, directeur du FBI. Positions de force qui permettraient « […] d’offrir la capacité de modifier ou de voler des informations de manière malveillante et de fournir la capacité de mener des activités d’espionnage non détectées ».

Espionnage ou guerre commerciale ?

Dans la foulée de ces accusations et malgré l’absence de preuves, Huawei et ZTE, principaux constructeurs visés par ces responsables américains, se sont défendus par voie de communiqué, assurant que « [Huawei] ne [pose] pas davantage de risque de cybersécurité que les autres fabricants ». Et qu’aucun gouvernement ni agence n’avait jamais demandé l’accès à leurs technologies.

L’accusation des responsables américains est survenue après un premier revers pour le géant chinois, qui tente d’investir les Etats-Unis. En janvier, AT&T, un des plus grands opérateurs téléphoniques du pays, avait abandonné les discussions avec Huawei afin de distribuer son Mate 10 Pro. Aux USA, plus de 90 % des achats de smartphone se font auprès des opérateurs téléphoniques. Huawei, qui cherche à consolider sa troisième place de plus gros vendeur de smartphones au monde, cherche à s’implanter aux USA, qu’il considère comme un futur levier de croissance.

Protectionnisme déguisé de la part des Etats-Unis ou non, la question soulevée par ces responsables de la sécurité a de quoi inquiéter : les citoyens de par le monde seraient-ils victimes d’espionnage de masse de la part du gouvernement chinois ? « Il y a quelques années, avec les révélations d’Edward Snowden, on a appris que les USA avaient mis en place un programme de surveillance de grande ampleur. Si les USA ont espionné, pourquoi la Chine ou la Russie ne le feraient-elles pas ?, s’interroge Georges Ataya, directeur académique de la formation de management informatique à la Solvay Business School (ULB). Par ailleurs, les failles existent, la prolifération de programmes malveillants, comme Wannacry par exemple, prouve qu’un groupe motivé peut pirater nos appareils. Et les moyens dont disposent les Etats à cette fin sont plus importants que ceux des groupes de pirates ».

« Un smartphone est composé d’énormément de couches logicielles et matérielles. Etant donné leur complexité, rien n’empêche un constructeur d’intégrer un programme discret ou une application qui récupérerait des données telles que des photos, enregistrerait les appels, etc., remarque Georges Attaya. L’Europe dispose de critères communs pour la fabrication de smartphones, mais le contrôle est rendu très compliqué par la complexité des terminaux ».

Eviter la parano

Mais si un éventuel espionnage de masse est effectivement possible de la part de grandes puissances, mieux vaut éviter de sombrer dans la parano. Un gouvernement quel qu’il soit a finalement peu d’intérêt à espionner les conversations de Monsieur et Madame Toulemonde pour savoir qui ramènera le pain à la maison ce soir. « Il ne faut pas penser que tout le monde espionne tout le monde tout le temps, estime Jean-Jacques Quisquater, cryptographe à l’UCL et spécialiste des questions d’espionnage. Ce qui est en revanche très probable, c’est que les Etats se réservent la possibilité de le faire. Ainsi, il est plus prudent, pour le chef d’une entreprise importante ou le responsable d’une start-up qui risque d’avoir un fort impact, de ne parler de projets que de vive voix et que tout le monde éteigne son téléphone en réunion ».

Par ailleurs, en matière d’informatique, et pas seulement de smartphone, le monde est devenu particulièrement dépendant de la Chine : « 85 à 90 % de notre matériel informatique passent à un moment donné de sa confection par la Chine continentale. Soit il s’agit de la conception de A à Z, soit uniquement de l’assemblage. Et cette dépendance n’est pas sans poser de problèmes de sécurité si, par exemple, des portes dérobées sont installées à grande échelle sur nos appareils et permettent d’y accéder ».

Bref, vu que l’Europe ne conçoit que peu de matériel grand public, les consommateurs européens n’ont pas vraiment d’autre choix que d’avoir confiance, à la fois dans les constructeurs et dans les grandes puissances étrangères.

L’espionnage, surtout le fait des applications

Reste, comme l’a démontré le scandale qui a éclaboussé Facebook ces dernières semaines, que l’espionnage est avant tout le fait des applications et des programmes que l’utilisateur installe sciemment sur ses terminaux. « De très nombreuses applications sont déjà particulièrement intrusives dans leurs conditions générales d’utilisation, constate Anne-Lise Sibony, professeure en droit européen de la consommation à l’UCL. Et des études ont montré qu’à peine une personne sur mille prenait la peine de passer au minimum une seconde sur ce contrat. Et pour cause, ils sont souvent particulièrement indigestes, pour ne pas dire illisibles ».

À lire aussi Comment Facebook est devenu un ennemi potentiel

Une situation qui devrait s’améliorer d’ici mai avec l’arrivée du nouveau Règlement général sur la protection des données (RGPD) qui devrait, notamment, permettre la clarification de ces clauses.

D’ici là, les plus inquiets pourront toujours se tourner vers les dumbphones, ces téléphones qui n’utilisent que la connectique 2G et ne se connectent ainsi jamais à internet.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par De Potter Claude, jeudi 29 mars 2018, 9:59

    Tous les smartphones y compris ceux que l'on "apple" (appelle) "I" sont fabriqués en chine. Alors !!!! Huawei sort en ce moment un smartphone largement supérieur à tout ce que fait Samsung et Apple. Faut-il y voir un lien ???

  • Posté par Tanghe Michel, jeudi 29 mars 2018, 9:40

    Une bonne fois pour toutes, cessons de "faire semblant" : TOUS les processeurs qui inondent notre présent sont dotés de "portes cachées". Cela l'a toujours été et cela le sera toujours...

  • Posté par Gerth Marie Christine, mercredi 28 mars 2018, 22:49

    S'ils s'inquiètent tellement, c'est parce qu'ils savent très bien ce qu'ils font eux-mêmes. Démocratie vous disiez? Liberté de la presse? Je suis Charlie? Vous rigolez? Ça dépend qui on insulte...

  • Posté par Wafellman Fabienne, mercredi 28 mars 2018, 19:20

    FBI, NSA, CIA s'inquiètent. La paille et la poutre ? Qui sont les plus grands "espions" actuels ?

  • Posté par Arnould Philippe, mercredi 28 mars 2018, 17:36

    Perso, je préfère être espionné par le gouvernement chinois plutôt que par mon gouvernement…

Sur le même sujet

Aussi en Techno

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko