Affaire Cambridge Analytica: Playboy quitte Facebook

Edition numérique des abonnés

Le groupe américain Playboy, pionnier de la presse érotique grand public, a annoncé mercredi qu’il fermait toutes ses pages sur Facebook, affirmant refuser d’être « complice » après le scandale sur la gigantesque fuite des données personnelles de millions d’utilisateurs du réseau social.

La firme au célèbre logo à tête de lapin explique, dans un communiqué, que «  les informations récentes sur la mauvaise gestion présumée par Facebook des données de ses utilisateurs a renforcé notre décision de suspendre nos activités sur la plateforme pour l’instant  ». «  Plus de 25 millions de fans sont en relation avec Playboy à travers nos différentes pages Facebook, et nous refusons d’être complices en les exposant à ces pratiques présumées  », explique le groupe.

«  C’est pourquoi nous avons annoncé que nous allons quitter la plateforme Facebook, en désactivant les comptes Playboy que Playboy Enterprises gère directement  ».

Tesla et SpaceX ont déjà quitté le réseau social.

 
 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Il y aura un décumul. Il n’y a personne qui sera bourgmestre et député chez nous, c’est très clair
», explique Olivier Maingain. © Dominique Duchesnes.

    Malgré le décumul, les bourgmestres Défi pourront se présenter aux régionales

  2. Dmitri Rybolovlev aux côtés du prince Albert dans la tribune de l’AS Monaco
: une proximité qui suscite des interrogations. © Reuters.

    Football Leaks: les amitiés suspectes du patron de l’AS Monaco dans la Principauté

  3. Le mot d’ordre des citoyens qui se sont mobilisés
: améliorer le pouvoir d’achat. Avec une pancarte au slogan explicite.

    «Stop aux taxes»: les gilets jaunes ont bloqué la raffinerie de Feluy

  • La vitalité civile, une ressource qu’il ne faut pas négliger

    Alors, Docteur ? Le diagnostic posé par la Fondation Roi Baudouin est sans appel : il n’y a jamais eu autant de collectifs citoyens en action. Près de 250 sont nés durant les deux années 2015-2016 sur lesquelles porte l’étude qu’il a réalisée. L’autre constat est tout autant sans appel : depuis la crise financière de 2008-2009, ce nombre ne cesse de croître. Faut-il s’en inquiéter ?

    Au contraire ! Que voilà une bonne nouvelle. Au sein de la société, des hommes et des femmes...

    Lire la suite