Air Belgium lève le voile sur son actionnariat et lancera les ventes de billets mardi

Niky Terzakis, le patron d’Air Belgium © Belga.
Niky Terzakis, le patron d’Air Belgium © Belga.

La nouvelle compagnie aérienne Air Belgium a levé le voile jeudi sur son actionnariat. Porté à un montant de 20 millions d’euros, le capital souscrit est réparti entre cinq actionnaires, dont font notamment partie Niky Terzakis, son patron. Côté belge, on y retrouve également la SRIW, la SFPI et Sabena Aerospace. L’entreprise débutera par ailleurs la vente des billets mardi prochain, a-t-elle annoncé.

La société Aviation Investment Holding (AIH) détiendra 49,95 % des parts dans Air Belgium. Côté belge, c’est l’entreprise de Niky Terzakis 3T Management &Associates SPRL qui possèdera le plus de parts, avec 19,99 %. Viennent ensuite la Société régionale d’investissement de Wallonie (SRIW) et la Société fédérale de participation et d’investissement (SFPI), qui en détiennent toutes deux 12,50 %. Enfin, Sabena Aerospace ferme la marche avec 5,01 %.

La première destination  : Hong Kong

Eric Bauche (représentant de l’entreprise Sparaxis et, à ce titre, de la SRIW) occupera la présidence du conseil d’administration. Niky Terzakis est, lui, nommé directeur général et confirmé comme CEO de la compagnie.

Au-delà du capital souscrit, la banque CPH participe par un financement complémentaire de 3 millions d’euros et à ce titre dispose d’un poste d’observateur au CA, ajoute Air Belgium.

La nouvelle compagnie débutera mardi prochain la vente de billets vers Hong Kong, sa première destination. Ceux-ci seront notamment disponibles via la plate-forme en ligne www.airbelgium.com. Davantage de détails, notamment la date du premier vol, devraient suivre lundi, précise encore Air Belgium.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. NETHYS

    Nethys, le grand déballage: Stéphane Moreau va quitter la holding

  2. Objectif
: soulager les Bruxellois de la congestion automobile.

    L’idée d’une taxe kilométrique divise... et s’enlise

  3. Au vu des résultats de notre sondage, l’optimisme sans faille des informateurs Didier Reynders et Johan Vande Lanotte est difficile à expliquer... © Photo News.

    Grand Baromètre: les Belges disent non à une coalition PS-N-VA et non à de nouvelles élections

La chronique
  • Réchauffement climatique: la faillite de la démocratie

    Avec les manifestations des jeunes pour le climat, au printemps, certains ont cru que la démocratie allait faire la preuve de son efficacité en matière environnementale. Après des décennies d’aveuglement, d’errance ou d’atermoiement, la priorité climatique, au moins, serait propulsée en tête de tous les agendas politiques, en particulier en Europe avec le scrutin du 26 mai.

    Un thème qui peine à s’imposer

    Les écologistes ont fait des percées remarquables dans certains pays, mais ils n’ont obtenu que 10 % des sièges au Parlement européen, comme si les citoyens ne se résolvaient pas à placer l’environnement en tête de leurs préoccupations malgré le matraquage médiatique sur la question du climat. Il est vrai que les Verts n’ont plus le monopole...

    Lire la suite

  • Quo vadis, Boris Johnson?

    Bien malin qui pourrait comprendre ou même deviner la moindre ligne directrice dans la manière dont Boris Johnson mène sa « négociation » avec l’Union européenne… Il y a une dizaine de jours, une brève lueur d’espoir avait pu naître chez ceux qui continuaient à espérer que le nouveau Premier ministre britannique s’avérerait plus rationnel qu’il n’y paraissait jusque-là. D’une part, son idée de faire de l’île d’Irlande un territoire régi par les mêmes règles pour le secteur agro-alimentaire avait pu être comprise comme un premier...

    Lire la suite