Accueil Monde Europe

Julian Assange: «Je veux témoigner sur Cambridge Analytica, mais des pressions politiques sont intervenues»

Dans une interview fouillée avec « La Repubblica », un des quotidiens du groupe Lena dont le « Soir » fait partie, le fondateur de WikiLeaks s'exprime sur le scandale Cambridge Analytica, l'administration Trump et la crise en Catalogne.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 6 min

Depuis huit ans, selon le Groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire, il est placé sous arrestation de manière injustifiée. Au cours des six dernières années, il a été confiné dans la minuscule ambassade de l’Équateur à Londres. Et depuis deux ans, il est sévèrement critiqué pour la décision de WikiLeaks, son organisation, de publier les emails du parti démocrate des États-Unis à quelques semaines seulement des élections américaines, dans lesquelles Cambridge Analytica a prétendument joué un rôle déterminant. La Repubblica vient d’interviewer Julian Assange qui, ces derniers mois, a tenté de faire montre d’ironie à propos de la salve d’attaques, de critiques et de soupçons que lui et son organisation essuient depuis quelques années. De fait, « notre entreprise est un chemin de croix », nous confiait-il quelques semaines avant cet entretien.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Michiels Laurence, jeudi 29 mars 2018, 17:12

    Les Catalans sont majoritairement contre l'indépendance. Une meilleure autonomie leur suffit.

  • Posté par Anne Lacourt, jeudi 29 mars 2018, 17:09

    Monsieur Assange devrait se contenter de s'occuper de ses affaires a lui. Il n'a rien a faire dans les affaires de pays auxquels il n'appartient pas.

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs