«Nous ne partagerons pas les données des gens», assurait Mark Zuckerberg en 2009 (vidéo)

«Nous ne partagerons pas les données des gens», assurait Mark Zuckerberg en 2009 (vidéo)

L’émission française Le Quotidien a mis la main sur une interview de Mark Zuckerberg datant de 2009. Dans l’archive, le patron de Facebook assure : « nous ne partagerons pas la vie des gens. » « Sur Facebook, la vie privée est centrale ».

« Vous ne la vendez pas ? », demande le journaliste. « Non, bien sûr que non », répond Mark Zuckerberg.

Facebook est sous le feu des critiques depuis que la société Cambridge Analytica est accusée d’avoir récupéré les données de 50 millions d’utilisateurs du réseau social, et de les avoir utilisées pour peser sur la campagne présidentielle de Donald Trump en 2016. Mark Zuckerberg a reconnu des « erreurs » et a promis de faire mieux, après la révélation. Facebook a d’ailleurs annoncé mercredi des mesures supplémentaires pour la protection des données. Les paramètres de confidentialité seront plus faciles à comprendre et à utiliser. Les utilisateurs du réseau pourront télécharger et supprimer leurs données partagées sur Facebook, depuis le jour de leur inscription sur le réseau.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©Belga

    Les coulisses du retour de Vincent Kompany à Anderlecht

  2. Oulare et les Rouches n’ont eu que peu d’occasions à Genk dimanche.

    Le Standard en Europe sans passer par la case «barrage»

  3. La Belge Sylvia Huang se produira ce lundi.

    Dernière ligne droite pour les finalistes du Reine Elisabeth

Chroniques
  • Mawda, la dignité humaine

    Voilà un an que la petite Mawda a été tuée par un policier, lors d’une course-poursuite absurde qui s’inscrivait dans la chasse aux migrants lancée et voulue par Theo Francken et Jan Jambon, encouragée et autorisée par Charles Michel – l’opération « Medusa » dont le but était clairement de « faire du chiffre » en interpellant un maximum de migrants tout en prétendant lutter contre « la traite des êtres humains ». Tout, dans cette affaire et dans la gestion politique de ce dossier, est indigne, côté gouvernement. Heureusement, des citoyens et des citoyennes ont pu, un tant soit peu, sinon sauver l’honneur de notre pays, du moins rendre un peu de dignité aux victimes.

    Hasard de calendrier ? Sans doute pas tout à fait ; ce samedi 18 mai, Hart boven Hard et Tam-Tam organisent...

    Lire la suite