Accueil Belgique Politique

Retirer son titre de ministre d’Etat à Armand De Decker, est-ce possible?

C’est en tout cas ce que propose le député Ecolo George Gilkinet. Ce serait une première en Belgique.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 2 min

Georges Gilkinet, député Ecolo, membre de la commission Kazakhgate, veut, dit-il, priver Armand De Decker de son titre de ministre d’Etat. L’analyse de Christian Behrendt, constitutionnaliste (Université de Liège) : « Ce serait une première en Belgique. Je m’interroge. Si l’on veut, par là, retirer à Armand De Decker ses prérogatives liées au titre de ministre d’Etat, cela n’a pas beaucoup de sens, car elles sont quasi nulles en réalité : la seule prérogative des ministres d’Etat, c’est de se réunir en Conseil de la Couronne, ce qui s’est produit lors de l’affaire royale, puis à la veille de l’indépendance du Congo, et voilà tout. En revanche, si l’on veut atteindre Armand De Decker dans son honorabilité, là, ce serait une véritable sanction. Jamais cela ne s’est produit en Belgique, vous imaginez alors ce que cela peut signifier pour la personne concernée ? Mais je dis attention : et la présomption d’innocence ? C’est sacré. Il y a une procédure judiciaire, elle est en cours.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Université De Mons , vendredi 30 mars 2018, 8:45

    Et changer une seule lettre pour éviter beaucoup de "lourdeurs adminstratives " ? Pourquoi pas : "Sinistre d'état" ?

Aussi en Politique

Ypres: l’extrême droite privée de «Frontnacht» après des semaines d’hésitation

Le conseil communal d’Ypres a tranché : le festival de musique Frontnacht, présenté comme simplement « identitaire » par ses organisateurs, ne pourra pas avoir lieu en marge de l’IJzerwake, dissidence « ultra » du pèlerinage de l’Yser. Les liens entre plusieurs groupes invités et la mouvance néonazie sont désormais trop manifestes pour être ignorés.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs