Le fisc fixe des quotas à ses agents: chaque agent doit ramener 250.000 euros par an

© D.R.
© D.R.

Existe-t-il des indicateurs de performance mesurant l’efficacité des contrôles de l’administration fiscale en général et de l’Inspection spéciale des impôts (ISI) en particulier ? La réponse apportée par le ministre des Finances, Johan Van Overtveldt (N-VA), à la question parlementaire posée par le député Peter Van Velthoven (SP.A) est « oui ». Non content de surprendre en répondant de manière si affirmative, le ministre a chiffré ceux-ci : 750.000 euros par semestre par fonctionnaire en enrôlement et 125.000 euros par semestre en termes de recouvrement. Le premier objectif concerne le supplément d’impôt théorique à dénicher tandis que le second porte sur le montant effectivement perçu.

Ces indicateurs posent naturellement beaucoup de questions. Au premier rang de celles-ci : quand les fonctionnaires du fisc se sont-ils vu assigner des objectifs de performance ? Réponse : depuis 2016, explique le ministre.

► Ces objectifs ouvrent-ils les portes aux excès de zèle? Comment sont calculés ces objectifs? Ces chiffres sont-ils réalistes? Notre analyse à lire sur Le Soir+

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Sabine Laruelle (MR) et Patrick Dewael (VLD) feront rapport au Roi le 9 mars.

    Négociations fédérales: deux libéraux pour pacifier d’abord, explorer ensuite

  2. Pierre Wunsch, gouverneur de la Banque nationale, dénonce l’enrichissement personnel des dirigeants d’Intégrale.

    Affaire Nethys: la Banque Nationale suspecte un abus de biens sociaux chez l’assureur Intégrale

  3. belga

    Europa League: le FC Bruges ne doit plus avoir peur

La chronique
  • Visa pour la Flandre: bons boulets d’Alost

    Ah s’il avait su ! Le nouveau patron de « Chez Lequet » à Liège aurait été faire ses saluts nazis et chanter « heili hailo haila » sur un char dans un cortège de carnaval et pas dans une salle de restaurant remplie de familles venues sacrifier à la tradition des boulets sauce lapin. Parce que dans un char au milieu d’un cortège de carnaval, tout ça, c’est de l’humour. Et l’explication très raffinée du gérant au micro de la RTBF – « On a fait les bièsses. On a exagéré, je regrette mais chacun a son humour » – aurait mieux tenu la route pour expliquer ce qui tenait très peu de la… farce.

    Enfin c’est ce qu’on pense à Alost, où les organisateurs du carnaval s’apprêtent à laisser défiler des chars avec des caricatures de juifs orthodoxes, avec papillotes, nez crochu, rats et tas d’or, comme ce fut le cas l’an dernier, et cela au nom de l’humour. « Aalst in Zottenland, alles kan en mag » – Alost au pays des fous. Tout est possible et permis : voilà ce qui régit depuis...

    Lire la suite

  • On en a tous marre

    Le Palais a donc une nouvelle fois sacrifié à ce qui devient hélas un rituel. La nomination d’un duo chargé de permettre la formation d’un gouvernement fédéral. Sabine Laruelle et Patrick Dewael sont la neuvième et dixième personnalité politique à s’y coller depuis les élections.

    Un constat d’échec

    C’est d’abord un constat d’échec. Après avoir tenté l’électrochoc, avec la démission forcée de Joachim Coens et Georges-...

    Lire la suite