Facebook est prêt à croître même aux dépens des utilisateurs, selon un mémo interne

©D.R.
©D.R.

Les problèmes de Facebook s’aggravaient vendredi avec la fuite d’un mémo interne d’un cadre dirigeant, datant de deux ans et affirmant que le réseau social est déterminé à croître même aux dépens des risques pour ses utilisateurs.

L’auteur de ce mémo, qui remonte à 2016 et qui a été révélé jeudi par le site internet Buzzfeed, est Andrew Bozworth, cadre dirigeant du groupe, considéré comme proche du fondateur et président Mark Zuckerberg. Dans un communiqué reçu jeudi par l’AFP, M. Bozworth a cependant pris quelques distances avec son propre texte.

«  La triste réalité est que nous croyons tellement au rapprochement des individus que tout ce qui peut nous permettre de connecter plus de gens entre eux et le plus souvent possible nous semble de facto bon », affirme le mémo.

Le texte rappelle que ces connexions permettent aussi aux utilisateurs de trouver l’âme soeur ou d’éviter un suicide, mais son auteur s’interroge cependant sur leurs conséquences négatives.

«  Il est possible que cela coûte des vies en exposant les personnes au harcèlement », poursuit le mémo. «  Il est possible aussi que quelqu’un meure dans une attaque terroriste coordonnée à travers nos outils », souligne le texte.

Andrew Bozworth était pourtant connu pour être un vigoureux défenseur de Facebook, imperturbable dans l’expression de ses opinions.

Zuckerberg répond

En réponse aux questions de l’AFP, Zuckerberg a présenté Bozworth comme un leader talentueux mais tenant des propos parfois provocateurs, parmi lesquels ce mémo.

«  C’est l’un de ceux avec lequel le plus de gens chez Facebook, y compris moi, sont le plus en désaccord », a précisé M. Zuckerberg.

«  Nous n’avons jamais pensé que la fin justifie les moyens. Nous reconnaissons que connecter les gens n’est pas en soi suffisant. Nous avons aussi besoin d’oeuvrer pour rendre les gens plus proches les uns des autres », a souligné le fondateur de Facebook.

Cette fuite se produit au moment où l’utilisation des données de 50 millions d’utilisateurs de Facebook par la société de conseil britannique Cambridge Analytica, qui a travaillé à la campagne électorale du président américain Donald Trump en 2016, est scrutée par la Justice, des deux côtés de l’Atlantique.

Sur le même sujet
Scandale Facebook
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Charles Michel a trouvé un compromis pour le casting ministériel. En sera-t-il de même pour la présidence du MR
?

    MR: après le casting ministériel, le combat présidentiel

  2. A Bruxelles et en Wallonie, l’informateur royal Johan Vande Lanotte se place dans le top 5 des hommes politiques appréciés de la population.

    Grand Baromètre: le retour en grâce de Vande Lanotte à Bruxelles et en Wallonie

  3. Josse De Pauw dans « La Mémoire  des arbres ».

    Le Théâtre National dans le viseur des Russes

La chronique
  • Vive le furlong!

    Pour retrouver la canicule, plongeons-nous un moment dans la tête de Boris Johnson.

    A quoi ressemblera dans son esprit la Grande-Bretagne après qu’elle ait fermé les volets et les mille sabords pour que rien ne vienne plus souiller les mocassins à glands des sujets de Sa Gracieuse Majesté ?

    A propos d’Elisabeth II, justement. Symbole essentiel de la Grande-Bretagne à l’ancienne que les Brexiters veulent reconstituer. Elle restera évidemment reine de la quinzaine d’Etats du Commonwealth dont elle est la cheffe d’Etat (dont l’Australie et le Canada). Mais, pour marquer le retour à la Belle Epoque, elle reprendra le titre d’Impératrice des Indes. Ça ne coûte pas cher et quelques gogos d’électeurs n’y verront que du feu. Permettant de sortir du placard ce magnifique slogan de jadis : un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais – ce qui au passage permet de supprimer l’heure d’été, c’est toujours ça d’économisé.

    ...

    Lire la suite

  • «Nous avons une obligation de résultats»: chiche!

    Nous avons désormais une obligation de résultats. » Elio Di Rupo parlait d’or devant ses militants jeudi soir à Namur. Cette phrase vaut d’ailleurs au premier chef pour le (l’ex ?) président du PS qui s’est couronné ministre-président wallon et a mené les négociations menant à l’accord de gouvernement. Mais elle s’applique tout autant aux deux autres partis qui forment le nouvel arc-en-ciel.

    Se serrer les coudes...

    Lire la suite