Facebook est prêt à croître même aux dépens des utilisateurs, selon un mémo interne

©D.R.
©D.R.

Les problèmes de Facebook s’aggravaient vendredi avec la fuite d’un mémo interne d’un cadre dirigeant, datant de deux ans et affirmant que le réseau social est déterminé à croître même aux dépens des risques pour ses utilisateurs.

L’auteur de ce mémo, qui remonte à 2016 et qui a été révélé jeudi par le site internet Buzzfeed, est Andrew Bozworth, cadre dirigeant du groupe, considéré comme proche du fondateur et président Mark Zuckerberg. Dans un communiqué reçu jeudi par l’AFP, M. Bozworth a cependant pris quelques distances avec son propre texte.

«  La triste réalité est que nous croyons tellement au rapprochement des individus que tout ce qui peut nous permettre de connecter plus de gens entre eux et le plus souvent possible nous semble de facto bon », affirme le mémo.

Le texte rappelle que ces connexions permettent aussi aux utilisateurs de trouver l’âme soeur ou d’éviter un suicide, mais son auteur s’interroge cependant sur leurs conséquences négatives.

«  Il est possible que cela coûte des vies en exposant les personnes au harcèlement », poursuit le mémo. «  Il est possible aussi que quelqu’un meure dans une attaque terroriste coordonnée à travers nos outils », souligne le texte.

Andrew Bozworth était pourtant connu pour être un vigoureux défenseur de Facebook, imperturbable dans l’expression de ses opinions.

Zuckerberg répond

En réponse aux questions de l’AFP, Zuckerberg a présenté Bozworth comme un leader talentueux mais tenant des propos parfois provocateurs, parmi lesquels ce mémo.

«  C’est l’un de ceux avec lequel le plus de gens chez Facebook, y compris moi, sont le plus en désaccord », a précisé M. Zuckerberg.

«  Nous n’avons jamais pensé que la fin justifie les moyens. Nous reconnaissons que connecter les gens n’est pas en soi suffisant. Nous avons aussi besoin d’oeuvrer pour rendre les gens plus proches les uns des autres », a souligné le fondateur de Facebook.

Cette fuite se produit au moment où l’utilisation des données de 50 millions d’utilisateurs de Facebook par la société de conseil britannique Cambridge Analytica, qui a travaillé à la campagne électorale du président américain Donald Trump en 2016, est scrutée par la Justice, des deux côtés de l’Atlantique.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Scandale Facebook
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Sylvain Piraux - Le Soir

    Yvon Englert (ULB): «La proposition du MR pour la fusion UCL/Saint-Louis, c’est le venin de la discorde»

  2. Deux migrants venus de Côte d’Ivoire en route pour le col de l’Echelle. Au risque d’accidents s’ajoutent les menaces de l’extrême droite identitaire. © AFP.

    Dans les Alpes, les migrants fuient l’Italie de Salvini

  3. Pour la gauche en revanche, Steve Bannon est le diable en personne. Ce qui lui convient plutôt.

    Élections européennes: la méthode Steve Bannon

Chroniques
  • L’élection cachée

    Elections gâchées d’abord ; la première chose qui me frappe, dans la campagne nationale et européenne, c’est le poids de plus en plus lourd que pèsent les rumeurs, les fake news, les manipulations de toutes sortes. Plutôt que de mettre en avant un programme, les candidats se lancent dans des attaques plus ou moins masquées visant à discréditer l’adversaire. Un tel prendrait tel autre dans son équipe, lequel serait ceci ou cela… Il aurait dit que… L’argumentaire porte sur les intentions prêtées (ou volées), pas sur les propositions réelles et les actes. J’ai pointé l’importance que risque de jouer un personnage comme Steve Bannon dans la prochaine élection européenne  ; mais ce que Bannon joue à grande échelle (la manipulation, la désinformation, l’attaque personnelle…) est devenu le comportement de base.

    On aurait pu espérer que des élections rectorales dans une université se passent différemment ; les académiques et chercheurs, leurs étudiants, sont supposés...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite