Namur: la Croix-Rouge ouvre une vestiboutique

Dans cette Vestiboutique, on trouvera des vêtements de qualité pour enfants, hommes et femmes ainsi que des vêtements et petits articles de sport.
Dans cette Vestiboutique, on trouvera des vêtements de qualité pour enfants, hommes et femmes ainsi que des vêtements et petits articles de sport. - dr.

Le marché du vêtement de seconde main, dans l'air du temps, se porte plutôt bien. Dans le cas de la vestiboutique inaugurée officiellement ce jeudi 29 mars - l'ouverture au public débute ce vendredi - dans la rue des Carmes en plein centre de Namur, à l'initiative de la Croix-Rouge, ce commerce mérite en outre un label « solidaire ». « Cette boutique de vêtements d’occasion à tout petit prix est ouverte à tous. On y trouvera des vêtements de qualité pour enfants, hommes et femmes ainsi que des vêtements et petits articles de sport ».

Et Nancy Ferroni, porte-parole de la Croix-Rouge, de citer quatre bonnes raisons de fréquenter ce lieu: « On peut venir ici pour y faire des trouvailles à petit prix pour toute la famille, pour consommer de manière durable et éviter le gaspillage, pour participer à une économie solidaire qui permet d’améliorer les conditions d’existence des plus vulnérables, pour soutenir et investir dans les actions et projets locaux de la Croix-Rouge. En fait, c’est un peu comme faire un don, tout en se faisant plaisir ».

Pour des micro-projets sociaux

Les recettes générées serviront à financer des micro-projets sociaux à Namur, « comme, par exemple, l’aide aux sans-abri, ou aux personnes vivant dans la précarité. La vestiboutique est également un lieu d’accueil et d’écoute, où les personnes les plus démunies seront informées et orientées vers les acteurs les plus appropriés à leur cas et pourront recevoir une aide vestimentaire ou alimentaire adaptée à leur situation ».

Une telle démarche est loin d'être une première de la part de l'organisation humanitaire, qui dispose d'un réseau de 82 vestiboutiques en Wallonie et à Bruxelles, dont une spécialisée dans les articles de sport à Gembloux. Ce réseau a dégagé en 2016 un chiffre d'affaires de 930.000 euros.

Vestiboutique, 35 rue des Carmes, aux abords du cinéma Caméo. Ouvert du mardi au samedi de 10h à 18h.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Charles Michel a trouvé un compromis pour le casting ministériel. En sera-t-il de même pour la présidence du MR
?

    MR: après le casting ministériel, le combat présidentiel

  2. A Bruxelles et en Wallonie, l’informateur royal Johan Vande Lanotte se place dans le top 5 des hommes politiques appréciés de la population.

    Grand Baromètre: le retour en grâce de Vande Lanotte à Bruxelles et en Wallonie

  3. Josse De Pauw dans « La Mémoire  des arbres ».

    Le Théâtre National dans le viseur des Russes

La chronique
  • Vive le furlong!

    Pour retrouver la canicule, plongeons-nous un moment dans la tête de Boris Johnson.

    A quoi ressemblera dans son esprit la Grande-Bretagne après qu’elle ait fermé les volets et les mille sabords pour que rien ne vienne plus souiller les mocassins à glands des sujets de Sa Gracieuse Majesté ?

    A propos d’Elisabeth II, justement. Symbole essentiel de la Grande-Bretagne à l’ancienne que les Brexiters veulent reconstituer. Elle restera évidemment reine de la quinzaine d’Etats du Commonwealth dont elle est la cheffe d’Etat (dont l’Australie et le Canada). Mais, pour marquer le retour à la Belle Epoque, elle reprendra le titre d’Impératrice des Indes. Ça ne coûte pas cher et quelques gogos d’électeurs n’y verront que du feu. Permettant de sortir du placard ce magnifique slogan de jadis : un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais – ce qui au passage permet de supprimer l’heure d’été, c’est toujours ça d’économisé.

    ...

    Lire la suite

  • «Nous avons une obligation de résultats»: chiche!

    Nous avons désormais une obligation de résultats. » Elio Di Rupo parlait d’or devant ses militants jeudi soir à Namur. Cette phrase vaut d’ailleurs au premier chef pour le (l’ex ?) président du PS qui s’est couronné ministre-président wallon et a mené les négociations menant à l’accord de gouvernement. Mais elle s’applique tout autant aux deux autres partis qui forment le nouvel arc-en-ciel.

    Se serrer les coudes...

    Lire la suite