Comte-Sponville, ontologiquement inconsolable

André Comte-Sponville a donné une suite à ses « Impromptus ».
André Comte-Sponville a donné une suite à ses « Impromptus ». - P. Garrigos.

En 1996, le philosophe André Comte-Sponville publiait, aux PUF, un recueil d’articles, de textes brefs et accessibles, écrits sur le champ, sans technicité : Impromptus, en hommage à Schubert. Le deuxième tome vient de sortir chez le même éditeur ; il obéit aux mêmes principes.

Essai. L’inconsolable et autres impromptus  , André Comte-Sponville
; PUF, 33 pages, 16
€
Essai. L’inconsolable et autres impromptus , André Comte-Sponville ; PUF, 33 pages, 16 €

À l’instar des pièces de musique de Schubert, les impromptus de Comte-Sponville sont des exercices plutôt intimistes, non dénués de mélancolie. Une pensée au plus près de l’auteur, à cent lieues des grands traités universels et abstraits, mais qui n’en est pas moins « philosophique », au sens où philosophait son cher Montaigne.

L’inconsolable, le texte qui ouvre le recueil et lui donne son titre, et le douzième et dernier, Quatre mots et un silence, sont les plus profonds.

Le premier fut commandé à André Comte-Sponville il y a une douzaine d’années par la revue Autrement, à l’occasion d’un numéro sur la consolation. L’auteur y confesse d’emblée qu’il n’est pas très bon dans l’art de consoler et que, par ailleurs, il n’aime guère qu’on le console. Et d’expliquer qu’à son estime, il y a quelque chose d’« inconsolable » dans la condition humaine – l’existence étant fondamentalement tragique.

Que l’on ne s’y trompe pas, s’il est d’un tempérament plutôt mélancolique, André Comte-Sponville n’affirme aucunement que l’homme est condamné à vivre dans la souffrance ou la peine ; simplement faut-il en accepter la perspective, sinon l’inéluctabilité, ne fût-ce que pour apprécier le moment présent, quand la vie est douce avec nous. Accessoirement, le philosophe nous déculpabilise en laissant entendre que nous ne sommes pas tenus d’être heureux en toutes circonstances.

Quatre mots et un silence constitue, quant à lui, un résumé de sa métaphysique athée – développée dans L’Esprit de l’athéisme (Albin Michel, 2006). Ces fameux quatre mots sont naturalisme, rationalisme, matérialisme et actualisme. Les trois premiers sont de facture classique. Plus original, le dernier recouvre l’idée que seul le présent existe. Or, un présent qui « reste présent », c’est ce qu’on appelle traditionnellement l’Éternité. Autrement dit, pour André Comte-Sponville, l’Éternité, c’est ici et maintenant. Nous sommes déjà « dans le Royaume », mais un Royaume terrestre, à habiter « humainement ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10722386-053

    La taxe de congestion divise un gouvernement bruxellois en pré-campagne électorale

  2. Caroline Désir, ministre de l’Enseignement.

    Coronavirus: calme, vigilance et hygiène seront de mise dans les écoles pour la rentrée lundi

  3. d-20200129-3YKG2R 2020-01-29 15:26:34

    Brexit: l’Irlande a-t-elle crié victoire trop vite?

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite

  • Les dangereuses conséquences politiques du coronavirus

    Le coronavirus est d’abord et avant tout un défi sanitaire mondial, évidemment. Avec un questionnement scientifique et la mise en place nécessaire de mesures à la fois fortes et proportionnées pour endiguer l’épidémie. Mais la maladie, qui est installée désormais au centre de l’attention de toute la planète, est, et de plus en plus, un révélateur démocratique. Quand on voit, de Rome à Paris en passant par Pékin, comment le virus s’invite sur la scène politique et les dégâts qu’il y fait, on s’inquiète autant, si pas plus, à ce propos que...

    Lire la suite