Danemark: une statue de femme noire érigée pour la première fois

DR
DR

Elle fait environ 7 mètres. Sa tête est enveloppée dans un foulard, et elle trône sur un large fauteuil, une torche dans une main et un outil utilisé pour couper la canne à sucre dans l’autre.

Au Danemark, où la plupart des statues publiques représentent des hommes blancs, deux artistes ont inauguré samedi une statue en hommage à Mary Thomas, « reine rebelle du 19ème siècle », qui a mené une révolte contre le colonialisme danois aux Caraïbes, explique le New York Times.

Aux côtés de deux autres femmes, elle a mené un soulèvement en 1878, appelée « The fireburn ». Cinquante plantations dans la ville de Frederiksted à Sainte-Croix ont été brûlées. Il s’agit de la plus grande révolte ouvrière de l’histoire coloniale du Danemark.

Le but de cette statue : rappeler le passé colonial du pays. « Il faut une statue comme celle-là pour ne pas oublier. Il faut un monument pareil pour luter contre le silence, la répression et la haine », affirme Henrik Holm, conservateur à la National Gallery of Denmark.

Et en Belgique ?

En janvier dernier à Bruxelles, l’ASBL BAMKO inaugurait une statue itinérante de Patrice Lumumba, héros de l’indépendance congolaise. Quelques jours auparavant, le buste de Léopold II avait été déboulonné dans le parc Duden à Forest par un collectif anti-colonial. Deux actions qui avaient pour but d’amorcer une décolonisation de l’espace public belge, mais aussi une meilleure représentation de figures telles que Patrice Lumumba. « Nous savons aujourd’hui que Lumumba a été assassiné suite à l’action coordonnée de la Belgique et des Etats Unis, pour garantir les intérêts occidentaux et belges en particulier. Qu’il est devenu un symbole international de lutte pour la justice des peuples opprimés. Qu’attendons-nous pour le célébrer à notre tour ? », déclarait Mireille Theushi Robert en janvier, dans une carte blanche au Soir.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Sur la chaussée de Haecht, épicentre de la communauté belgo-turque de Bruxelles, on affiche aux les couleurs du drapeau.

    Saint-Josse: en «petite Anatolie», la déloyauté à Ankara reste un risque à prendre

  2. Le port du masque est désormais obligatoire pour chaque activité extérieure - ici, un vendeur de poissons et de tortues à Wuhan.

    Coronavirus: «On doit être vigilants, mais pas inquiets»

  3. «
Entre les peshmergas (photo) et l’armée irakienne, l’Etat islamique. Qui est en train de se réorganiser.
»

    Tels des ours sauvages dans les tanières de l’Etat islamique en Irak

La chronique
  • Pourquoi {une tête}, mais {un tête-à-tête}?

    Il est des questions de langue que des francophones natifs ne se posent guère, mais sur lesquelles des apprenants buttent. Dont celle-ci qui, je l’avoue, ne m’était jamais venue à l’esprit : pourquoi le composé tête-à-tête est-il un nom masculin, alors que tête est du genre féminin ? La pertinence de ce rapprochement saute aux yeux, mais est-ce une bonne manière d’aborder le problème ? Comment se détermine le genre des composés ? Vaste question, à traiter sans trop de prise de tête.

    Un bracelet-montre, mais une montre-bracelet

    Comme le précise Le bon usage (2026, § 178), une distinction est à faire entre deux types de composés. Il y a ceux dont le noyau est interne au composé lui-même : oiseau-mouche, un oiseau (noyau) qui, par sa taille, évoque une mouche ; voiture-bélier, une voiture (noyau) utilisée comme bélier ; wagon-restaurant, un wagon (noyau) aménagé pour servir de restaurant. La relation entre les...

    Lire la suite

  • Fume, c’est du belge…

    Avec sa profession de foi unitariste, Georges-Louis Bouchez vient de rendre un double service au Roi : le tout nouveau président du MR sert en effet d’un côté le core business royal en prônant un retour inespéré à la bonne vieille Belgique unitaire et, de l’autre, il donne au souverain une bonne raison de remercier deux informateurs qui pourraient revenir bredouilles au Palais. L’informateur royal vient en effet de s’égarer dans les pages du magazine Wilfried car un informateur, ça ne cause pas, ça négocie. Le jeune homme l’a...

    Lire la suite