Danemark: une statue de femme noire érigée pour la première fois

DR
DR

Elle fait environ 7 mètres. Sa tête est enveloppée dans un foulard, et elle trône sur un large fauteuil, une torche dans une main et un outil utilisé pour couper la canne à sucre dans l’autre.

Au Danemark, où la plupart des statues publiques représentent des hommes blancs, deux artistes ont inauguré samedi une statue en hommage à Mary Thomas, « reine rebelle du 19ème siècle », qui a mené une révolte contre le colonialisme danois aux Caraïbes, explique le New York Times.

Aux côtés de deux autres femmes, elle a mené un soulèvement en 1878, appelée « The fireburn ». Cinquante plantations dans la ville de Frederiksted à Sainte-Croix ont été brûlées. Il s’agit de la plus grande révolte ouvrière de l’histoire coloniale du Danemark.

Le but de cette statue : rappeler le passé colonial du pays. « Il faut une statue comme celle-là pour ne pas oublier. Il faut un monument pareil pour luter contre le silence, la répression et la haine », affirme Henrik Holm, conservateur à la National Gallery of Denmark.

Et en Belgique ?

En janvier dernier à Bruxelles, l’ASBL BAMKO inaugurait une statue itinérante de Patrice Lumumba, héros de l’indépendance congolaise. Quelques jours auparavant, le buste de Léopold II avait été déboulonné dans le parc Duden à Forest par un collectif anti-colonial. Deux actions qui avaient pour but d’amorcer une décolonisation de l’espace public belge, mais aussi une meilleure représentation de figures telles que Patrice Lumumba. « Nous savons aujourd’hui que Lumumba a été assassiné suite à l’action coordonnée de la Belgique et des Etats Unis, pour garantir les intérêts occidentaux et belges en particulier. Qu’il est devenu un symbole international de lutte pour la justice des peuples opprimés. Qu’attendons-nous pour le célébrer à notre tour ? », déclarait Mireille Theushi Robert en janvier, dans une carte blanche au Soir.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Elisabeth, citadine, va chercher son enfant à la crèche et circule en ville avec les transports en commun.

    Mobilité des familles: et vogue (souvent) la galère!

  2. Depuis un an et demi, Starr s’applique à se refaire une réputation.

    Kenneth Starr, de l’attaque de Clinton à la défense de Trump

  3. BELGA

    Open d’Australie: David Goffin a d’emblée affiché sa grande forme actuelle

La chronique
  • Vincent de Coorebyter: «Le casse-tête postélectoral»

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: le citoyen a besoin d’honnêteté intellectuelle, pas de mépris

    Le PS et la N-VA sont depuis quelques jours en réunion ininterrompue. Les frères ennemis ne se quitteraient plus et on est en droit d’espérer que cette fois c’est la bonne et qu’après huit mois, on aura droit à de l’honnêteté intellectuelle de part et d’autre, permettant de donner une fois pour toutes une réponse à la question de leur (im)possible route commune au gouvernement.

    Paul Magnette, président du PS, a (re)dressé la liste du programme que les socialistes souhaitent et sur lequel ils ont...

    Lire la suite