Accueil Monde Union européenne

Le risque d’un parlement européen anti-européen en 2019

Le dispositif technologique d’ingérence russe nourrit l’inquiétude d’une manipulation des élections parlementaires européennes de mai 2019 et le risque de se retrouver avec un parlement de députés populistes anti-européens.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

L’Europe semble peu inquiète devant l’éventualité, pourtant bien réelle, de se retrouver dans un an avec un Parlement anti-européen. Jusqu’à présent, le fait que des eurosceptiques tels que Nigel Farage ou Marine Le Pen occupent des sièges au Parlement européen était presque anecdotique. Mais pour les élections de mai 2019, les populistes de gauche comme de droite, sous l’égide de la Russie, sont à même de former un bloc qui pourrait entraîner cinq ans de chaos à Bruxelles. De son côté, Moscou a entrevu les vastes opportunités qu’un tel chaos pourrait représenter. Son dispositif technologique d’ingérence a contribué à déstabiliser, entre autres, le Royaume-Uni du Brexit, l’Italie de la Ligue du Nord et l’Espagne de la crise indépendantiste catalane.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Union Européenne

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs