À Namur, un accueil de jour pour les sans-abri

L’accueil de jour sera situé à la rue Saint-Nicolas, dans un bâtiment laissé à l’abandon.
L’accueil de jour sera situé à la rue Saint-Nicolas, dans un bâtiment laissé à l’abandon. - D.R.

Attendu depuis longtemps, un lieu d’accueil pour sans-abri devrait ouvrir ses portes avant l’hiver à Namur. Il sera situé rue Saint-Nicolas et bénéficie d’un impressionnant don d’un Bruxellois.

Cela fait plusieurs années que le milieu associatif namurois souhaitait un lieu qui permettrait d’accueillir les personnes sans domicile, et encore plus depuis la polémique autour du règlement anti-mendicité de cet été.

Ces associations devraient donc être ravies. Derrière ce projet, on retrouve l’ASBL Educ’Actions. « Tout est prêt !, nous explique son directeur, Robert Bourgeois. Nous avons trouvé un endroit, nous avons déjà des plans et un cahier des charges réalisé par un architecte bénévole. Toutes les conventions de location sont également prêtes, nous attendons juste la signature du CPAS. »

Un don incroyable

En effet, le lieu choisi est un « chancre », aux dires du directeur, situé au numéro 78 de la rue Saint-Nicolas, où se trouvait auparavant « L’Outil », une entreprise de formation par le travail du CPAS qui, entre autres, réparait des vélos. « L’endroit est à l’abandon depuis quelque temps et notre ASBL est, elle, située au numéro 84 de la même rue, donc c’était tout trouvé. »

Si ce projet a pu voir le jour, c’est grâce à un mystérieux investisseur privé qui souhaite garder l’anonymat. « Un homme de Bruxelles, interpellé par les actions et événements organisés par notre ASBL, a souhaité nous rencontrer en décembre, raconte le directeur. Nous lui avons parlé de remettre en ordre ce chancre. Après quelque temps, il nous a contactés pour nous annoncer qu’il financerait les travaux, mais également cinq ans de loyer et de salaires pour une équipe d’accompagnement social. »

Le montant de ce don n’a pas été communiqué, mais il devrait s’agir de plusieurs centaines de milliers d’euros, voire encore plus.

Un beau cadeau qui attire les jalousies. « Certaines associations nous envient, mais ce monsieur ne finance que ce projet. L’ASBL ne touche pas 1 euro. Ensuite, je pense que ce lieu d’accueil profitera à tous les professionnels du milieu social de Namur. »

Robert Bourgeois ne souhaite pas appeler cet établissement abri, mais plutôt accueil de jour. « Il s’agira d’un lieu d’excellence, digne et destiné aux sans-abri, il y aura des divans, des douches, de quoi se détendre et boire une tasse de café, mais tout le monde y sera le bienvenu. Il y a beaucoup de foyers en situation précaire dans ce quartier. »

Les soutiens bienvenus

Educ’Actions préfère attendre d’ouvrir ce lieu d’accueil avant d’y programmer des animations. « Nous ne voulons pas embêter les gens qui viendront, mais nous serons à l’écoute de leurs souhaits et organiserons événements et animations en fonction. »

Pour cela, l’ASBL aimerait d’ailleurs collaborer avec le Relais social urbain namurois et d’autres acteurs du milieu social de la ville. L’association s’affirme apolitique, mais est prête à recevoir de l’aide de toutes parts pour ce projet. « La députée Eliane Tillieux va organiser un repas dont les bénéfices seront reversés au projet. Toute forme de soutien est la bienvenue. »

Le projet est donc en bonne voie sur de nombreux points. Il n’y a donc plus qu’à attendre la signature des propriétaires des lieux.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. BRITAIN PARLIAMENT EU BREXIT

    Brexit: l’Union européenne attend que Londres lui communique ses intentions

  2. d-20191019-3WR6J0 2019-10-19 19:03:55

    Ahmed Laaouej, président du PS bruxellois

  3. «
Le corps des femmes reste un champ de bataille partout, que ce soit en France, au Maroc, mais aussi aux États-Unis, en Argentine...
», juge Leila Slimani.

    Leïla Slimani: «Le corps des femmes reste un champ de bataille partout»

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Wallonie: le dernier des travaux de Di Rupo

    Ce n’est pas nécessairement un tsunami qui se prépare, mais le changement de présidents à la tête des partis francophones est un très grand chambardement. Ceux qui ont vécu depuis vingt ans avec Elio Di Rupo président du PS et grand manitou francophone, ceux qui ont grandi avec Olivier Maingain président de Défi et grand imprécateur francophone, devront changer de logiciel. On mesure l’ampleur de la révolution quand on ajoute la disparition, officielle du moins, du concept « Michel/Reynders » à la tête du MR, après le...

    Lire la suite