Accueil Monde Proche-Orient

Israël: à la frontière libanaise, l’«autre mur» de la discorde

A la frontière sud du Liban, la tension monte d’un cran entre Beyrouth et Tel-Aviv. L’objet du conflit : un mur érigé par l’Etat hébreu pour se protéger du parti chiite libanais, le Hezbollah. Reportage.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 6 min

Naqoura (Sud-Liban),

A environ deux heures de Beyrouth, Naqoura est le dernier village avant Israël. Malgré son calme apparent et ses allures de station balnéaire, la zone est hautement sensible et quasiment impossible d’accès pour les civils. Depuis 1978, la frontière est sous la surveillance de la Force Intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL).

C’est là, à l’abri des regards qu’Israël a commencé à construire un mur en février dernier. Pour l’Etat hébreu, il s’agit d’un mur de protection contre le Hezbollah, le parti chiite libanais qu’il a affronté à plusieurs reprises, notamment à l’été 2006. Même si les provocations verbales entre les deux ennemis sont fréquentes, le déclic a été la menace du secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah de lancer une offensive contre la Galilée en cas de nouvel affrontement.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Proche et Moyen-Orient

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs