Accueil Société

Pourquoi les Belges vont de moins en moins chez le dentiste

La fréquentation des Belges chez le dentiste tombe à un niveau plus bas que 2014. La mise en place la même année du « trajet de soins buccaux » n’a pas amélioré la situation. C’est sur la prévention qu’il faut agir.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

Une tendance à procrastiner son rendez-vous chez le dentiste ? Vous ne seriez pas le seul. Les chiffres publiés par la Mutualité chrétienne témoignent du faible taux de fréquentation des Belges chez leur spécialiste de soins dentaires. Parmi ses plus de quatre millions de membres, 50,6 % n’ont pas rentré d’attestation en lien avec une prestation de soins dentaires pour 2017. Un taux encore plus faible qu’en 2014, où il s’élevait à 49,6 %, malgré la mise en place, entre-temps, du « trajet de soins bucco-dentaires » (TSB).

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Bernard Dropsy, mercredi 4 avril 2018, 11:15

    Grâce aux jobs, jobs, jobs, les gens n'ont plus le temps d'y aller et ils ne savent plus comment dépenser les fortunes qu'ils gagnent en travaillant à l'élastique !

  • Posté par delpierre bernard, mercredi 4 avril 2018, 11:10

    Ce sont aussi ceux qui ont de l'argent pour boire, fumer, se nourrir de produits gras ou trop sucrés mais qui ne peuvent se payer une visite annuelle, qui elle est en partie remboursée.. un phénomène comparable se retrouve au bassin de natation où le nombre d'élèves qui assistent passivement aux cours est largement supérieur à celui des élèves qui y participent : raison souvent invoquée, le manque d'argent pour l'acquisition d'un maillot à 25eur quand on a un smartphone 10,20, 30 fois plus coûteux.. la réflexion chez beaucoup devient une denrée rare.

  • Posté par Hennaux Jean, mercredi 4 avril 2018, 11:01

    Avec ou sans remboursement, l'offre resterait donc supérieure à la demande... Alors que faire? Conseiller, motiver les gens à y consacrer plus de leur temps et de leur budget de loisirs, de voyage, de vacances? Les y obliger par un permis de soins 'à points' ?

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs