Accueil Économie Entrepreneuriat

245.000 euros, ça peut faire fuir les patrons...

La Wallonie a voté un plafond des salaires à 245.000 euros. Plusieurs patrons du public dépassent ce montant. Et refusent d’annoncer pour l’instant qu’ils s’aligneront sur cette nouvelle limite.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Enquêtes Temps de lecture: 4 min

Ça jase, dans le milieu patronal wallon. Et de plus en plus. En cause : les récents décrets gouvernance votés par le Parlement la semaine dernière. Il y a différents points qui irritent. Mais on se focalisera ici sur le plafond des rémunérations à 245.000 euros brut (à indexer) dans le secteur public. Un plafond qui comprend à la fois le salaire fixe et variable. Seul un type de plan de pension bien précis (« à contribution définie ») peut être cumulé à cette somme.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Lambert Paul, mercredi 4 avril 2018, 16:15

    Ou de quitter le secteur public avec les indemnités de rupture de contrat. ah bon c'est nouveau cela ou encore un des nombreux avantages du secteur public car dans le secteur privé si on quitte de son plein gré on n'a droit à rien mais rien du tout, sauf si un parachute doré a été négocié lors de la signature du contrat de travail

  • Posté par Pablos Gino, mercredi 4 avril 2018, 9:20

    Mais qu'ils fuient donc,si on leur donne plus d'argent ailleurs,encore faut il faire preuve de compétences et ça ce n'est pas gagné d'avance.J'ai travaillé pratiquement 30 ans dans le public, des nullités et autres nases dieu sait si j'en ai vu,je vais même aller plus loin rare était le dirigeant qui pouvait justifier son salaire .Ceci dit je suis loin de proner la fin de l'état et idealiser l'ultra libéralisme à la michel,simplement qu'on paie ces gens à leur juste valeur et s'ils valent rien qu'on les dégages,le contribuable n'a pas à payer des gens dont leur seule référence est une carte de parti.

  • Posté par Lambert Paul, mercredi 4 avril 2018, 16:20

    en effet mais c'est le monde que l'on a créé et voulu, et on a beau rouspéter, râler, et tuti quanti, quand on voit les intentions de vote pour le futur, rien ne changera et tant que le système des listes continuera comme actuellement avec le vote en tête de liste rien ne changera, le seul moyen de changer , ce sont des listes avec les noms dans un ordre dû au hasard et passent ceux qui ont le plus de voix, mais même là il y aura tjrs la série de parvenu qui auront des voix parce que un jour ils ont mis un panneau 30 dans leur quartier

Aussi en Entrepreneuriat

Grand format En Belgique, le business des drones peine à décoller

Baigné par la technologie, notre pays possède tous les atouts pour exploiter les nouvelles potentialités générées par les drones. A ceci près que la prévention des risques y est aussi très poussée en raison de la densité de population. Entre l’administration et les entreprises, le dialogue est pour l’instant compliqué.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs