Accueil Opinions Éditos

Niveau d’alerte maximum: la population prise en otage, le pouvoir des terroristes

Depuis samedi, le niveau d’alerte est au maximum à Bruxelles. L’Ocam a maintenu le niveau à 4 ce mardi. Une situation intenable sur la longue durée.

Article réservé aux abonnés
Editorialiste en chef Temps de lecture: 2 min

Depuis samedi, le gouvernement Michel est plongé dans un cauchemar dont il est devenu l’otage. Prenant ses responsabilités en décrétant le niveau d’alerte 4, il s’est mis en devoir d’éliminer cette menace maximale qui assignait les Bruxellois à résidence. Une situation intenable sur la longue durée. Or, quatre jours plus tard, les interventions réalisées semblent avoir donné peu de résultats – 15 personnes sur 16 relâchées –, et le danger reste total, nous dit-on.

C’est un cauchemar, parce que cette menace qu’on nous dit toujours extrêmement grave, ne peut cependant plus empêcher le retour des citoyens à la vie normale, sous peine de provoquer une crise de nerfs collective.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs