Fusillade au siège de YouTube: la tireuse s’est suicidée après avoir fait trois blessés (vidéos)

© Reuters
© Reuters

Les tirs qui ont retenti mardi en milieu de journée sur le site du siège social de YouTube à San Bruno en Californie ont fait trois blessés, selon des détails fournis par la police dans l’après-midi. Une quatrième personne s’est blessée à la cheville dans les événements, en fuyant dans la panique, et le corps sans vie du tireur présumé, une femme, a été découvert sur place. L’auteure des tirs s’est probablement suicidée. La police privilégie la piste du différend personnel.

De nombreux témoins ont décrit des scènes de chaos parmi les personnes présentes dans le bâtiment, en plein cœur de la Silicon Valley. Selon un porte-parole de l’hôpital Zuckerberg General de San Francisco, qui a accueilli les trois blessés par balles, il s’agit de deux femmes de 32 ans et 26 ans, la première étant dans un état « sérieux » tandis que la seconde est atteinte moins gravement. Un homme de 36 ans, est quant à lui, dans un état « critique ».

La police arrivée rapidement

La police est arrivée sur place vers 12h48 (21h48, heure belge), deux minutes après le premier appel faisant état de tirs au siège social de la plate-forme vidéo YouTube, filiale de Google, qui abrite plus de 1.000 salariés dans ces locaux.

En arrivant, la police a découvert le cadavre d’une femme « portant des blessures par balles qu’elle semble s’être infligée à elle-même » et qui semble être l’auteure des coups de feu. Selon les policiers, la tireuse présumée, qui a usé d’une arme de poing, « connaissait quelqu’un », ce qui lui fait privilégier la piste du différend d’ordre privé ou familial même si ses motivations restent encore à déterminer.

Plusieurs témoignages ont eux aussi indiqué qu’elle semblait viser quelqu’un en particulier.

La tireuse furieuse contre YouTube

Selon le San Francisco Chronicle, la suspecte, identifiée comme une femme de 38 ou 39 ans et originaire du sud de la Californie, était furieuse contre YouTube, qu’elle accusait sur son propre site internet de censurer ses vidéos, dont certaines, très dures, montraient des animaux maltraités. Selon le Mercury News, le père de cette femme a confirmé qu’elle haïssait YouTube.

Les responsables de YouTube ont réagi après le drame, le patron de Google Sundar Pichai évoquant une «  tragédie inimaginable » dans un message aux salariés et diffusé par le groupe. « Nos pensées et nos prières sont avec toutes les personnes impliquées », a tweeté le président américain Donald Trump.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Depuis 2017, «
Bernie
» arpente le Trumpland profond pour porter la bonne parole et entretenir sa légende. Et il assume son rôle de patriarche de la gauche militante.

    «Bernie is back», mais il n’est plus tout seul

  • L’athlétique quaterback cherche toujours un club.

    Par JULIEN RASPILLER

    USA

    Colin Kaepernick a mis la NFL à genoux

  • La décision d’Amazon de renoncer à s’installer à New York a suscité la joie chez les opposants au projet.

    Une fronde politique s’abat sur Amazon à New York

 


 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©Bruno d’Alimonte/Le Soir

    Didier Reynders exprime ses ambitions au «Soir»: «Le casting bleu est logique»

  2. D’après l’enquête réalisée sur base volontaire sur Facebook, le jeune manifestant est un garçon ou une fille de 17 ans et demi qui étudie dans le secondaire.

    Marche des jeunes pour le climat: les filles et les mecs à égalité

  3. Les présidents de 114 conférences épiscopales de tous les continents se retrouvent de jeudi à dimanche prochain au Vatican, à l’appel du pape François.

    Pédophilie: l’heure de vérité pour le Vatican

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 20: des pâtes bolo sans viande pour lutter contre le réchauffement climatique

    Par Louise Tessier

    Depuis que j’ai commencé ce défi il y a 20 jours, ma consommation de viande a drastiquement baissé. Ce n’est pas vraiment une histoire de convictions, mais surtout de flemme : le boucher se situe bien plus loin que les rayons du Delhaize en face de chez moi. Du coup, j’ai appris à aimer les pâtes bolo sans viande hachée… Mais finalement, ce n’est pas plus mal lorsque l’on connaît les conséquences de l’élevage industriel sur l’environnement. L’élevage bovin en particulier : les bêtes rejettent du méthane, leur alimentation émet du CO2. Selon un rapport de Greenpeace paru en 2018, l’élevage est responsable de 14,5 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde. C’est autant que le secteur du transport. Rien que ça.

    Alors fini les brochettes au barbecue et les fondues bourguignonnes ? Pas forcément. Si déjà chaque personne respectait les niveaux de consommation de viande recommandés par l’OMS, soit 400 grammes par semaine, les émissions liées au...

    Lire la suite