Une transformation réussie de bureaux en logements

L’immeuble The Royal comporte 68 logements, du studio au penthouse offrant une belle vue sur Bruxelles.
L’immeuble The Royal comporte 68 logements, du studio au penthouse offrant une belle vue sur Bruxelles. - D.R.

The Royal, c’est son nom. Un projet qui a réussi la délicate mission de transformer un immeuble de bureaux en logements dans le centre de Bruxelles.

Situés dans la prestigieuse rue Royale, les bureaux de l’opticien Van Hopplynus ont ainsi cédé la place à des logements mixtes. Le projet a été porté conjointement par Burco et Galinka.

La particularité des travaux a consisté à harmoniser deux parties du bâtiment fort différentes. La première (le long de la rue Royale) est une façade historique de la capitale. Une de ces façades que l’on ne peut s’empêcher d’admirer car porteuse d’histoire. La seconde (qui s’étend le long de la rue perpendiculaire du Gouvernement provisoire) est beaucoup plus « passe-partout » et convenait parfaitement à une affectation résidentielle.

L’étage de parking situé au rez-de-chaussée a été remplacé par un espace vert, visible de la rue et uniquement accessible aux vélos et aux piétons. Le jardin est le poumon visuel pour tous les habitants. Il crée ainsi une qualité paysagère pour l’intérieur de l’îlot.

Rayon architecture, c’est le bureau Art & Build qui a été sollicité. La qualité intrinsèque des façades a été mise en valeur puisque les pierres ont été rénovées et nettoyées. Les châssis ont été remplacés pour améliorer les performances énergétiques et acoustiques.

Ces nouveaux logements trouveront comme cible idéale les jeunes, étudiants ou professionnels, désirant vivre en milieu urbain. Même si le quartier n’est pas à proprement parler central, il se trouve à un jet de pierre du Botanique et de la place Rogier. La Grand-Place est également toute proche.

Le complexe propose à la fois des appartements décloisonnés et spacieux, ainsi que des studios très lumineux. Les nombreux balcons et terrasses viennent enrichir l’ensemble.

Pour la précision, on dénombre 24 logements pour étudiants, 40 logements dits « classiques » (du studio au 2 chambres), 4 penthouses de luxe, une surface de bureau et une autre commerciale (déjà occupée), ainsi que 24 parkings et 60 emplacements pour vélos.

Le projet a coûté 21 millions d’euros.

Sur le même sujet
Politique
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Une maison à Dour.

    Par Jean-Christophe de Wasseige

    Immo

    Le top 3 des communes wallonnes les moins chères

  • Dans la tour Ekla, du nom de la bière qui fut brassée sur le site en 1958, Inclusio dispose de 20 logements répartis en 3 étages.

    Logements sociaux avec vue

  • d-20160902-G9RLQV 2019-10-16 09:59:27

    Coronavirus: qu’en est-il des loyers?

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La mer du Nord attirera-t-elle en été ceux qu’elle n’a pu accueillir à Pâques
?

    Coronavirus: Pour les vacances de Pâques, c’est foutu. Et celles d’été:pas sûr...

  2. BELGAIMAGE-162543021

    Mémo pour demain: ne pas oublier d’effacer les parenthèses

  3. David Clarinval
: «
On va augmenter de manière considérable le nombre de tests, dans quelques jours, avec 40 à 50.000 personnes testées en 24 heures, pour orienter le déconfinement de manière ciblée et progressive».

    David Clarinval: «On vit une crise comme on n’en a plus connu depuis… 1929»

La chronique
  • Un {R} incroyable et merveilleux

    L’idée d’une évasion dans l’histoire de la langue française vous a plu. Poursuivons donc notre périple dans cet espace non confiné, en compagnie d’un R errant qui nous a déjà promené de velours à velouté et de cuiller à cuillère . Aujourd’hui, il va se faire excentrique, dans les réjouissances parisiennes au lendemain de la Terreur qui anéantit près d’un demi-million de personnes en France. Au risque d’être emporté dans les excès de l’époque : les Incroyables et les Merveilleuses ne voulaient plus de lui, qui figurait en tête du mot honni révolution . Mais il leur survivra, roulé ou grasseyé. L’air de rien, ce R errant a la vie dure.

    Roulé ou grasseyé

    Avant de passer à l’anecdote de...

    Lire la suite

  • Mémo pour demain: ne pas oublier d’effacer les parenthèses

    On le disait affaibli, déstabilisé, en crise… L’Etat est redevenu puissant, il a repris le contrôle, a retrouvé le goût de la sanction.

    Il est aussi devenu liberticide. Ça lui a pris une semaine, de rogner notre liberté de réunion et d’association (mille, cent, puis deux personnes maximum, si ça ce n’est pas de l’exponentiel). Notre liberté de circulation : seuls les déplacements essentiels – et ce n’est ni Robert ni Larousse qui les définissent mais le Conseil national de sécurité, dont on...

    Lire la suite