Novak Djokovic et son entraîneur Radek Stepanek se séparent

@News
@News

Novak Djokovic et son entraîneur tchèque Radek Stepanek ont pris la décision de se séparer. Le Serbe, ancien N.1 mondial, avait déjà vu Andre Agassi quitter sa structure il y a quelques jours. Le joueur de tennis de 30 ans l’a annoncé sur son site officiel mercredi.

« Les relations entre Novak Djokovic et Radek Stepanek étaient et resteront très bonnes. Novak a d’ailleurs apprécié travailler avec Radek Stepanek », pouvait-on lire dans le communiqué.

« Novak reste concentré et veut revenir plus fort après une longue blessure qui est venue affecter son jeu et sa confiance. Il continue à travailler afin de retrouver le chemin de la victoire. Après une pause familiale, il débutera sa préparation pour la saison sur terre battue. »

Blessé au coude entre Wimbledon 2017 et l’Open d’Australie 2018, ’Nole’ a rechuté après le tournoi à Melbourne Park. De retour à la compétition à Indian Wells, il a été battu au 2e tour, tout comme à Miami deux semaines plus tard. Retombé à la 13e place mondiale, Djokovic compte 12 titres du Grand Chelem à son actif.

Le 31 mars, Agassi avait déjà annoncé ne plus faire partie de l’encadrement de ’Djoko’.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Ce sera avec le PS sans la N-VA ou avec la N-VA sans le PS
» avait dit Elio Di Rupo.

    Elections 2019: la Belgique sera-t-elle ingouvernable?

  2. Sept modèles se détachent, identifiés sur la base de possibles rapports de forces au soir du 26 mai, et au départ de l’échiquier politique francophone.

    De gauche à droite, sept coalitions peuvent émerger après les élections

  3. Le bureau de vote de Limal © Belga

    Elections 2019: les 15 enjeux du triple scrutin

Chroniques
  • «En entreprises»: le pluriel est-il de mise?

    « En » et « dans »

    «  Des formations zéro faute en entreprises  » titrait, le 8 avril dernier, votre quotidien favori dans sa version « papier ». S’ensuivirent les doléances d’une lectrice qui se disait très étonnée à la lecture de ce titre. Qu’est-ce qui a pu choquer dans la formule incriminée ? Le caractère trop ambitieux de l’objectif « zéro faute » ? Point du tout ! C’est la marque du pluriel au nom entreprises. Pourtant, ces formations ne sont pas destinées à une seule entreprise, mais à plusieurs ; elles seront dispensées dans les entreprises. Pour des formations zéro faute, un bref retour sur le couple en / dans les peut s’avérer utile.

    L’emploi de la préposition en pour introduire un complément de lieu est d’usage général en français : travailler en usine, croupir en prison, s’éclater en boîte, servir en salle, entrer en conclave. Dans ces expressions, il...

    Lire la suite

  • Avis aux partis: lundi, la campagne, c’est fini!

    Ce dimanche, la parole est aux électeurs. A ceux qui pensent que le vote ne sert à rien, ce rappel très utile : le soir des élections, ce sont les résultats que chaque parti scrutera avec angoisse. C’est la mathématique qui désigne les vainqueurs et qui prend une claque, au nord comme au sud du pays. Aucun jeu n’est fait et les votes exprimés peuvent bouleverser les cartes et rendre des alliances si pas impossibles, difficiles ou illégitimes. Il y a toujours des surprises les soirs d’élections, et ce sont les citoyens qui les...

    Lire la suite