Le PTB est le parti francophone le plus outillé pour l’utilisation des données

©Michel Tonneau / Le Soir
©Michel Tonneau / Le Soir

Cela fait un moment que les batailles électorales se livrent également sur les réseaux sociaux. On se souvient de l’usage intensif de Facebook fait par Barack Obama lors de la campagne présidentielle de 2008. En 10 ans, les techniques ont évolué, permettant de cibler au mieux les électeurs, en franchissant parfois les limites de la légalité, comme l’a récemment rappelé le scandale Cambridge Analytica.

Alors que la Belgique s’apprête à vivre une importante séquence électorale, Le Soir s’est intéressé aux pratiques des différents partis.

Le PTB à la pointe technologique

Du côté francophone, c’est le PTB qui est à la pointe technologique. Le parti d’extrême-gauche s’est équipé du logiciel américain NationBuilder, celui-là même qui a été utilisé avec succès par l’équipe de campagne d’Emmanuel Macron. Germain Mugemangango, porte-parole du PTB, explique ce choix : « NationBuilder nous permet de distinguer au sein de notre base de données, qui compte des dizaines de milliers de personnes, celles intéressées par des thématiques spécifiques afin de cibler nos messages ».

Ecolo a songé à utiliser le même logiciel, mais a abandonné l’idée « pour des raisons idéologiques et éthiques ». Vincent Van Osta, responsable du département informatique des verts, justifie ce choix : « Les données de vos membres et sympathisants sont stockées sur les serveurs de Nation Builder, aux Etats-Unis. Et donc soumises à la loi américaine ».

►Comment les partis politiques utilisent nos données privées? Toutes les réponses dans notre enquête sur Le Soir+.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. HOCKEY EUROHOCKEY FINAL BELGIUM VS SPAIN

    Maîtrise et sang-froid: les Red Lions sacrés champions d’Europe (vidéos)

  2. FRANCE G7 SUMMIT

    G7: Biarritz en état de siège, la ville où on apprend à attendre…

  3. d-20190816-3VKH9V 2019-08-16 15:15:52

    L’Unesco met en garde contre le «Sauvage» de la Ducasse d’Ath et appelle au «respect mutuel entre communautés»

La chronique
  • Vous avez de ces mots: La parlure des {ceux de chez nous}

    Entre wallon et français

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé pourquoi les œuvres d’Arthur Masson, qui comportent du français et du wallon, ne peuvent pas être considérées comme un langage mixte. L’auteur distingue soigneusement les deux langues, en les faisant alterner selon les personnages ou les circonstances du récit. Il nous faut donc chercher ailleurs l’équivalent du bruxellois « beulemans », dans lequel français et flamand sont parfois imbriqués au sein d’une même phrase ou d’une même expression.

    Cet équivalent existe, mais il n’est plus guère connu aujourd’hui que de quelques spécialistes des productions régionales et d’un lectorat moins jeune encore que celui qui a apprécié la Toinade d’Arthur Masson. Il s’agit d’une littérature essentiellement liégeoise de par l’origine des auteurs et le décor des romans ou nouvelles. Elle est écrite dans une langue dont la base est incontestablement...

    Lire la suite

  • L’Amazonie en feu: Sa forêt? Nos poumons!

    Alors, #prayforamazonas. #prier pour l’Amazonie. C’est en apparence tout ce qu’il nous reste à faire. Car entre la bêtise du président (élu) d’un des plus grands pays de la planète (Jair Bolsonaro) et l’incapacité répétée des grands dirigeants du monde de faire bloc, il n’y a plus guère de place que pour l’incantation.

    Un ciel jaunâtre éclipse São Paulo, une eau de pluie noire déferle sur la ville brésilienne, et nous croisons les doigts. 74.000 feux ont été comptabilisés depuis janvier au Brésil,...

    Lire la suite