Paris-Roubaix: Van Avermaet avec sa garde rapprochée pour la défense de sa couronne

@News
@News

Tenant du titre, Greg Van Avermaet sera le leader des siens sur les pavés de «l’Enfer du Nord». « Je me sens très bien », a dit le champion olympique. « C’est une course très différente de celles en Belgique. S’il vous faut de très bonnes jambes, vous avez également besoin d’un peu de chance pour éviter les problèmes et crevaisons. Je vais tout faire pour défendre mon titre, je me sens capable de l’emporter encore. »

Un seul changement est à signaler par rapport à l’équipe alignée dimanche au Tour des Flandres. En effet, la structure américaine a remplacé l’Italien Alberto Bettiol par le jeune Belge Nathan Van Hooydonck, qui disputera à 22 ans son premier Paris-Roubaix. Van Avermaet pourra compter sur trois des coéquipiers qui l’ont aidé l’an passé à gagner avec le Luxembourgeois Jempy Drucker, le Suisse Stefan Küng et l’Espagnol Francisco Ventoso.

« C’est agréable de venir ici avec le vainqueur en titre », a déclaré le directeur sportif Fabio Baldato. « Nous avons vu que Greg est très bien pour l’instant, même s’il n’est pas encore parvenu à s’imposer. Tous nos coureurs sont très motivés à l’idée de l’aider le plus longtemps possible dimanche. Paris-Roubaix est peut-être la course la plus imprévisible de l’année. Il faudra rester très attentif. »

La sélection: Greg Van Avermaet, Jempy Drucker (Lux), Stefan Küng (Sui), Jürgen Roelandts, Michael Schär (Sui), Nathan Van Hooydonck, Francisco Ventoso (Esp)

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les choix très différenciés des électeurs au nord et au sud du pays ne vont pas faciliter les choses.

    Elections 2019: trois constats qui vont compliquer le jeu

  2. 190526Elections

    Elections 2019 : tous les résultats à Bruxelles, en Wallonie et en Flandre (carte interactive)

  3. ELECTIONS EVENING VLAAMS BELANG-GA3DN99OL.1

    Elections 2019: percée du Vlaams Belang, le retour des démons extrémistes

Chroniques
  • Le Pen et Macron peuvent remercier les «gilets jaunes»

    Eh bien voilà, le verdict est tombé. Du grand maelström des « gilets jaunes » n’émerge qu’un seul grand vainqueur, le Rassemblement National flanqué d’un petit vainqueur : le macronisme. Et tout le reste, à l’exception, comme partout, des écologistes, plonge. Jean-Luc Mélenchon, qui se voulait la locomotive de la révolte, est celui qui plonge le plus (il perd 14 points et près des deux tiers de son électorat en deux ans, du presque jamais vu !), alors qu’Emmanuel Macron, miraculeusement, bien que devancé de moins de 1 % ne régresse, en deux ans, que de 1,4 point.

    Le PS réussit l’exploit d’enregistrer un résultat légèrement moindre que celui dont on pensait qu’il était impossible de faire pire.

    Quant à LR (la droite conservatrice), malgré un important soutien médiatique, elle perd 11,5 points par rapport au score de François Fillon qui, déjà, à cause du « poids des affaires » qui l’éclaboussaient, avait été jugé calamiteux. Un désastre ! Elle s’était dotée, cette droite, d’un assez bon chef de file, François-...

    Lire la suite