Philippe Gilbert avant Paris-Roubaix: «La pression est sur les épaules des autres»

@News
@News

Les succès en cascade de son équipe Quick-Step Floors ne font que motiver le Remoucastrien. « Nous sommes plongés dans une ambiance de victoire avec l’équipe », a-t-il souri jeudi lors de la conférence de presse de son équipe à Courtrai. « La pression est sur les autres. Nous sommes relax », a-t-il ajouté.

Vainqueur du Tour de Lombardie (2009, 2010), du Tour des Flandres (2017) et de Liège-Bastogne-Liège (2011), Gilbert a déjà remporté trois des cinq classiques Monument du cyclisme. Seules Milan-Sanremo et Paris-Roubaix manquent à son palmarès pour réussir le grand chelem.

Incapable de jouer la gagne sur la ’Primavera’ en raison d’une chute, le coureur de 35 ans aimerait s’illustrer sur l’Enfer du Nord. Une course qu’il n’a disputée qu’une seule fois dans sa carrière.

« Je me sens mieux de course en course », entame-t-il. « J’ai terminé troisième sur le Tour des Flandres et Terpstra a gagné. Sur le ’Ronde’, j’ai reçu la confirmation que j’étais sur la bonne voie mais bon dimanche Roubaix m’attend. C’est une course où je manque d’expérience. Ma seule participation date de 2007. J’étais très jeune. Mais je peux compter sur une équipe avec une énorme tradition sur cette course. Je devrai bien écouter les consignes et tenter ma chance quand ce sera possible. »

En plus des qualités individuelles de chaque coureur, Quick-Step pourra s’appuyer sur la force d’équipe et plusieurs solutions tactiques. « Les consignes ne changent pas tout comme notre devise. Nous voulons gagner avec l’équipe et nous avons plusieurs cartes à jouer. Les autres équipes auront tout le stress sur elles et cela peut jouer en notre faveur. Nous sommes relaxs donc ce sera plus facile pour nous. »

« Je suis concentré sur cette course mais ce n’est pas le seul objectif de ma saison », nuance ensuite Gilbert. « Je veux jouer un rôle important dimanche mais il ne s’agit que de ma deuxième participation. Je pourrais peut-être apprendre de nouvelles choses dimanche et revenir avec encore plus d’ambition. Même si je l’avoue, je suis ambitieux comme toujours », a conclu Gilbert.

Septième en 2015, Yves Lampaert s’est quant à lui dit un peu nerveux avant la « course de ses rêves ». Le vainqueur d’À travers la Flandre a lui aussi mis l’accent sur l’esprit d’équipe. « J’aimerais obtenir un bon résultat ici. Nous avons une tactique qui a fait ses preuves. Cela va peut-être marcher à Roubaix. Ou peut-être pas. En tout cas, nous avons un coureur au top de sa forme avec Niki Terpstra. Notre équipe est forte et nous devons jouer là-dessus. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • QUEBEC-024079.jpg

    Par Belga

    Route

    GP de Québec: l’élément d’explication complètement surréaliste de Matthews pour justifier sa victoire

  • Sa troisième victoire en douze mois au Canada
! @News

    Par De notre envoyé spécial, Stéphane Thirion

    Route

    Matthews inspiré par le Québec, Van Avermaet troisième

  • belga

    Par STÉPHANE THIRION, Envoyé spécial à Québec

    Route

    Greg Van Avermaet avant les Mondiaux: «La Belgique doit faire du Deceuninck»

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Charles Michel a trouvé un compromis pour le casting ministériel. En sera-t-il de même pour la présidence du MR
?

    MR: après le casting ministériel, le combat présidentiel

  2. A Bruxelles et en Wallonie, l’informateur royal Johan Vande Lanotte se place dans le top 5 des hommes politiques appréciés de la population.

    Grand Baromètre: le retour en grâce de Vande Lanotte à Bruxelles et en Wallonie

  3. Josse De Pauw dans « La Mémoire  des arbres ».

    Le Théâtre National dans le viseur des Russes

La chronique
  • Vive le furlong!

    Pour retrouver la canicule, plongeons-nous un moment dans la tête de Boris Johnson.

    A quoi ressemblera dans son esprit la Grande-Bretagne après qu’elle ait fermé les volets et les mille sabords pour que rien ne vienne plus souiller les mocassins à glands des sujets de Sa Gracieuse Majesté ?

    A propos d’Elisabeth II, justement. Symbole essentiel de la Grande-Bretagne à l’ancienne que les Brexiters veulent reconstituer. Elle restera évidemment reine de la quinzaine d’Etats du Commonwealth dont elle est la cheffe d’Etat (dont l’Australie et le Canada). Mais, pour marquer le retour à la Belle Epoque, elle reprendra le titre d’Impératrice des Indes. Ça ne coûte pas cher et quelques gogos d’électeurs n’y verront que du feu. Permettant de sortir du placard ce magnifique slogan de jadis : un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais – ce qui au passage permet de supprimer l’heure d’été, c’est toujours ça d’économisé.

    ...

    Lire la suite

  • «Nous avons une obligation de résultats»: chiche!

    Nous avons désormais une obligation de résultats. » Elio Di Rupo parlait d’or devant ses militants jeudi soir à Namur. Cette phrase vaut d’ailleurs au premier chef pour le (l’ex ?) président du PS qui s’est couronné ministre-président wallon et a mené les négociations menant à l’accord de gouvernement. Mais elle s’applique tout autant aux deux autres partis qui forment le nouvel arc-en-ciel.

    Se serrer les coudes...

    Lire la suite