Philippe Gilbert avant Paris-Roubaix: «La pression est sur les épaules des autres»

@News
@News

Les succès en cascade de son équipe Quick-Step Floors ne font que motiver le Remoucastrien. « Nous sommes plongés dans une ambiance de victoire avec l’équipe », a-t-il souri jeudi lors de la conférence de presse de son équipe à Courtrai. « La pression est sur les autres. Nous sommes relax », a-t-il ajouté.

Vainqueur du Tour de Lombardie (2009, 2010), du Tour des Flandres (2017) et de Liège-Bastogne-Liège (2011), Gilbert a déjà remporté trois des cinq classiques Monument du cyclisme. Seules Milan-Sanremo et Paris-Roubaix manquent à son palmarès pour réussir le grand chelem.

Incapable de jouer la gagne sur la ’Primavera’ en raison d’une chute, le coureur de 35 ans aimerait s’illustrer sur l’Enfer du Nord. Une course qu’il n’a disputée qu’une seule fois dans sa carrière.

« Je me sens mieux de course en course », entame-t-il. « J’ai terminé troisième sur le Tour des Flandres et Terpstra a gagné. Sur le ’Ronde’, j’ai reçu la confirmation que j’étais sur la bonne voie mais bon dimanche Roubaix m’attend. C’est une course où je manque d’expérience. Ma seule participation date de 2007. J’étais très jeune. Mais je peux compter sur une équipe avec une énorme tradition sur cette course. Je devrai bien écouter les consignes et tenter ma chance quand ce sera possible. »

En plus des qualités individuelles de chaque coureur, Quick-Step pourra s’appuyer sur la force d’équipe et plusieurs solutions tactiques. « Les consignes ne changent pas tout comme notre devise. Nous voulons gagner avec l’équipe et nous avons plusieurs cartes à jouer. Les autres équipes auront tout le stress sur elles et cela peut jouer en notre faveur. Nous sommes relaxs donc ce sera plus facile pour nous. »

« Je suis concentré sur cette course mais ce n’est pas le seul objectif de ma saison », nuance ensuite Gilbert. « Je veux jouer un rôle important dimanche mais il ne s’agit que de ma deuxième participation. Je pourrais peut-être apprendre de nouvelles choses dimanche et revenir avec encore plus d’ambition. Même si je l’avoue, je suis ambitieux comme toujours », a conclu Gilbert.

Septième en 2015, Yves Lampaert s’est quant à lui dit un peu nerveux avant la « course de ses rêves ». Le vainqueur d’À travers la Flandre a lui aussi mis l’accent sur l’esprit d’équipe. « J’aimerais obtenir un bon résultat ici. Nous avons une tactique qui a fait ses preuves. Cela va peut-être marcher à Roubaix. Ou peut-être pas. En tout cas, nous avons un coureur au top de sa forme avec Niki Terpstra. Notre équipe est forte et nous devons jouer là-dessus. »

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Sylvain Piraux - Le Soir

    Yvon Englert (ULB): «La proposition du MR pour la fusion UCL/Saint-Louis, c’est le venin de la discorde»

  2. Deux migrants venus de Côte d’Ivoire en route pour le col de l’Echelle. Au risque d’accidents s’ajoutent les menaces de l’extrême droite identitaire. © AFP.

    Dans les Alpes, les migrants fuient l’Italie de Salvini

  3. Pour la gauche en revanche, Steve Bannon est le diable en personne. Ce qui lui convient plutôt.

    Élections européennes: la méthode Steve Bannon

Chroniques
  • L’élection cachée

    Elections gâchées d’abord ; la première chose qui me frappe, dans la campagne nationale et européenne, c’est le poids de plus en plus lourd que pèsent les rumeurs, les fake news, les manipulations de toutes sortes. Plutôt que de mettre en avant un programme, les candidats se lancent dans des attaques plus ou moins masquées visant à discréditer l’adversaire. Un tel prendrait tel autre dans son équipe, lequel serait ceci ou cela… Il aurait dit que… L’argumentaire porte sur les intentions prêtées (ou volées), pas sur les propositions réelles et les actes. J’ai pointé l’importance que risque de jouer un personnage comme Steve Bannon dans la prochaine élection européenne  ; mais ce que Bannon joue à grande échelle (la manipulation, la désinformation, l’attaque personnelle…) est devenu le comportement de base.

    On aurait pu espérer que des élections rectorales dans une université se passent différemment ; les académiques et chercheurs, leurs étudiants, sont supposés...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite