Luxembourg: Chrysaleader aide les néo-entrepreneurs

Chrysaleader, une équipe et un outil de conseils qui jouent avec les atouts de l’humain et du digital.
Chrysaleader, une équipe et un outil de conseils qui jouent avec les atouts de l’humain et du digital. - J.-L. B.

Depuis quelques mois, une plateforme web et mobile conçue pour aider les entrepreneurs à accélérer la mise en place ou le développement de leur projet d’entreprise fonctionne en Wallonie, au départ de l’expertise de la SCRL Challenge, qui aide et conseille les jeunes porteurs de projets.

Baptisée Chrysaleader, elle livre des conseils sur mesure pour que chaque starter ou entrepreneur puisse déployer ses ailes et prendre son envol, que vous ayez envie de changer de vie ou d’investir dans votre propre projet professionnel. Une centaine de personnes sont connectées sur la plateforme depuis sa création.

« Le concept Chrysaleader est né du multiple constat que de plus en plus de salariés ont besoin et demandent des conseils, des salariés veulent plus de contacts avec un coach, commente Philippe Ledent, initiateur du projet. Dans un monde hyperconnecté, où le digital réinvente les modes de travail, mais dans lequel les agendas sont chargés, il était important de pouvoir soutenir des initiatives à distance avec un programme spécifique, un coach intervenant via la plateforme Chrysaleader. Or, Challenge n’a dans sa mission que l’accompagnement des demandeurs d’emploi vers la création d’entreprise. L’offre destinée aux salariés est apparue très mince et peu adaptée à leurs besoins. Comme une structure similaire à nos souhaits voulait se mettre en place à Mons (Avomarc), nous avons cofinancé la construction de ce site, car l’investissement était de l’ordre de 100.000 euros, sur fonds propres. »

L’objectif est donc de renforcer les relations entre accompagnés et accompagnants via cette plateforme qui n’est pas contraignante et permet de personnaliser chaque méthode choisie. L’offre est moderne et innovante, et destinée principalement aux salariés qui veulent faire le pas vers l’indépendance. Il faut donc de la flexibilité, pouvoir diminuer les temps de déplacement, offrir des tranches horaires de contact plus larges tout en laissant l’humain au centre des préoccupations. Mais seulement 15 % des start-up demandent des conseils. Il reste donc un fameux potentiel de développement pour une telle plateforme.

Trois packs de services

Selon Christophe Fruytier, Ceo et développeur d’App & Web, « la plateforme n’est pas contraignante. Selon le profil, les accompagnateurs choisissent les méthodes les plus adéquates et personnalisées pour les personnes accompagnées. »

Chrysaleader propose trois packs de services : un pack « check my business » comprenant deux rendez-vous et un parcours en ligne. C’est un outil de simulation des risques. Secundo, un pack qui va plus loin dans le parcours et les conseils, avec 3-4-5 entretiens. Et un pack surtout destiné à des entreprises qui existent, car « le cap du passage des 5 ans est parfois difficile. »

Pour Antoine Hubert, fondateur de la SPRL Succy, « il est important d’être rassuré pour se lancer. Il faut savoir qu’on est dans le bon, si c’est jouable ou pas. Chrysaleader m’a beaucoup aidé avec des outils spécialisés. »

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Investissements|Région wallonne|Mons (Hainaut)
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le patrimoine financier des Belges se montait au 31 décembre à 1.317,4 milliards d’euros, soit 22,4 milliards de moins qu’un an auparavant.

    Le patrimoine financier des Belges diminue pour la première fois en 10 ans

  2. BXL

    Le bulletin des ministres bruxellois: discrète satis’ pour le gouvernement Vervoort

  3. Wallonie

    Le bulletin des ministres wallons: deux exécutifs pour deux demi-bilans

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • Bulletin des ministres: la Belgique de fiston fait mieux que celle de papa

    Soixante-deux journalistes du « Soir », du « Standaard » et de « Bruzz » à Bruxelles se sont prêtés à l’exercice délicat d’attribuer une cote à tous les ministres francophones et flamands de ce pays. Nous publions ce mercredi les derniers bulletins. Un exercice qui contient certainement sa part de subjectivité mais qui livre d’intéressants enseignements. On constatera d’abord qu’en appliquant la même méthode d’évaluation, le gouvernement fédéral obtient une moyenne de 54 %, alors que Bruxelles atteint 59...

    Lire la suite