Facebook: comprendre le scandale Cambridge Analytica

Facebook: comprendre le scandale Cambridge Analytica
REUTERS

Fin mars, Christopher Wylie attaque Cambridge Analytica, une société «  qui met en danger la démocratie ». Ce Canadien est le lanceur d’alerte qui accuse l’entreprise d’avoir utilisé les données de millions d’individus sur Facebook.

Une visée politique

Il dénonce notamment le fait que la firme cherchait à manipuler les élections à travers le monde et poussait sur Internet les théories du complot dans le but de développer « l’alt-right », les mouvements d’extrême droite américaines.

Christopher Wylie estime ainsi que les algorithmes de la firme auraient massivement influencé la présidentielle américaine et auraient aidé le président des États-Unis, Donald Trump, lors de sa campagne électorale. Pour cause, le vice-président de la firme est Steve Bannon, ex-conseiller de Donald Trump.

Ce scandale dépasse les frontières américaines car selon Christopher Wylie, Cambridge Analytica aurait aussi influencé le Royaume-Uni en faveur du Brexit, et aurait joué un rôle durant les élections au Kenya. Retour sur un « empire de persuasion massive » avec l’edito de Philippe Laloux.

Un scandale planétaire

L’entreprise britannique Cambridge Analytica a récolté les données de quelque 87 millions d’utilisateurs Facebook partout dans le monde, en exploitant une faille de sécurité sur une application du réseau social.

En effet, les données ont été récupérées par la société grâce à un questionnaire psychologique soumis à 270 000 personnes, moyennant rémunération.

Facebook a confirmé à la Commission européenne que les données de jusqu’à 2,7 millions de résidents de l’Union européenne pourraient avoir été transmises « illégalement » à Cambridge Analytica.

Près de 61.000 Belges pourraient faire partie des 87 millions d’utilisateurs du réseau social Facebook dont les données ont été exploitées à leur insu par la firme Cambridge Analytica, a indiqué la porte-parole de Facebook pour le Benelux, Tineke Meijerman.

Il a suffi que huit Belges installent l’application de tests psychologiques via Facebook pour que les données de 60.949 autres se voient avaler par la firme Cambridge Analytica. Mais alors comment demander aujourd’hui l’effacement de ces données ? Réponse avec un article d’Alexandra Simard.

Les Belges concernés peuvent ainsi porter plainte auprès de la Commission de la vie privée.

Le mea culpa d’un empire

Face à ces révélations, le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, a été contraint de présenter ses excuses. « Pris en flagrant délit de manque de transparence, Zuckerberg s’est pris une méchante claque. Et dans la foulée, c’est la démocratie qui trinque. Quel gâchis.  » dénonce Philippe Laloux dans l’article ci-dessous.

Facebook aura besoin de « quelques années » pour résoudre ses problèmes, selon Zuckerberg. L’un des principaux problèmes de Facebook est son « idéalisme » parce qu’il n’a longtemps vu que les bons côtés de la connexion entre les personnes, a soutenu son patron.

Ce scandale aura véritablement ébranlé Facebook, qui est désormais visé par plusieurs enquêtes des deux côtés de l’Atlantique. En seulement deux jours, le géant américain a perdu 60 milliards de dollars de capitalisation boursière.

Pour conclure sur les mots de Philippe Laloux, « Réguler internet (ce qui ne rime pas avec « brider »), est l’affaire de tous » et notre « hygiène numérique » commence par un « grand nettoyage de printemps dans les données que nous exposons ».

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Scandale Facebook
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le patrimoine financier des Belges se montait au 31 décembre à 1.317,4 milliards d’euros, soit 22,4 milliards de moins qu’un an auparavant.

    Le patrimoine financier des Belges diminue pour la première fois en 10 ans

  2. BXL

    Le bulletin des ministres bruxellois: discrète satis’ pour le gouvernement Vervoort

  3. 13 - Groekie - PXL Tech

    Notre assiette est promise à un avenir végétarien

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • Bulletin des ministres: la Belgique de fiston fait mieux que celle de papa

    Soixante-deux journalistes du « Soir », du « Standaard » et de « Bruzz » à Bruxelles se sont prêtés à l’exercice délicat d’attribuer une cote à tous les ministres francophones et flamands de ce pays. Nous publions ce mercredi les derniers bulletins. Un exercice qui contient certainement sa part de subjectivité mais qui livre d’intéressants enseignements. On constatera d’abord qu’en appliquant la même méthode d’évaluation, le gouvernement fédéral obtient une moyenne de 54 %, alors que Bruxelles atteint 59...

    Lire la suite