Accueil Monde

«C’est le destin de l’Europe qui se joue»

Pour mettre en place la grande coalition contre Daesh, des clarifications seront nécessaires, prévient Manuel Valls. Il appelle aussi ses partenaires européens à la responsabilité. Sur les frontières, comme sur les migrants.

Article réservé aux abonnés
Envoyée permanente à Paris Temps de lecture: 4 min

François Hollande a entamé cette semaine un intense marathon diplomatique. Lundi, le Premier ministre britannique, David Cameron, lui a apporté son soutien. « J’ai la ferme conviction que le Royaume-Uni doit faire de même  », lui a assuré le locataire du 10 Downing street en promettant de plaider devant son Parlement pour une intervention en Syrie. Ce mardi, le Président français était à Washington pour y rencontrer Barack Obama. Ce mercredi, François Hollande verra Angela Merkel avant de s’envoler jeudi pour Moscou où il rencontrera Vladimir Poutine. Dimanche, ce sera enfin le tour du chinois Xi Jinping. La lutte contre le terrorisme passe évidemment par l’action internationale. En appelant dès le lundi qui a suivi les attentats à une grande coalition internationale contre Daesh incluant la Russie, Paris n’a pourtant pas fait de virage à 180 degrés, dément le locataire de Matignon. Qui reste convaincu que Bachar el-Assad ne peut pas être la solution. « 

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Monde

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs