Sept usagers de la Stib sur dix satisfaits des services de transport en commun à Bruxelles

© Le Soir
© Le Soir

Sept usagers de la Stib sur dix étaient satisfaits des services fournis par la Société des transports intercommunaux de Bruxelles en 2017, soit un score identique à 2016, a-t-elle indiqué lundi dans un communiqué.

En 2017, 75 % des voyageurs interrogés ont accordé une note de 7/10 ou plus. La Stib consolide ainsi la distinction obtenue pour la troisième année consécutive (7,1/10 en 2017 et en 2016 et 7/10 en 2015).

Le tram et le métro rencontrent de plus en plus de succès auprès des voyageurs, avec un score de satisfaction en hausse (7,2/10 en 2017 contre 7,1/10 en 2016 pour les deux modes). Le bus, davantage soumis aux aléas de la congestion du trafic dans la capitale, consolide le score de 7/10 obtenu en 2016.

Alors que 48 % des personnes interrogées estiment que la mobilité à Bruxelles en général s’est détériorée en 2017, la grande majorité (84 %) estime que la mobilité, avec la Stib, est restée stable ou s’est améliorée.

L’an dernier, les navetteurs étaient 401 millions, contre 369 un an auparavant. En 2018, le gel des tarifs reste d’application, a également souligné la société bruxelloise.

Plus de 9.000 personnes ont répondu d’octobre à décembre 2017, en ligne ou par téléphone, au baromètre de satisfaction.

Dans le même temps, le service médiation de la Stib a annoncé que le nombre de recours consécutifs à des infractions avaient augmenté l’an dernier, en raison de l’intensification des contrôles. 427 plaintes ont été introduites en 2017, contre 268 en 2016. 54 % des plaignants ont reçu satisfaction.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. parlement (3)

    Les ex-députés fédéraux se ruent vers les indemnités de sortie

  2. NETHYS

    Nethys: après le grand déballage, des questions en suspens

  3. Les jeunes acteurs « maintenant, savent déjà plus de la vie,  du sexe, des drogues, de la politique que moi à leur âge. »

    Woody Allen au «Soir»: «Tant que je pourrai tourner, je le ferai partout où je peux»

La chronique
  • Réchauffement climatique: la faillite de la démocratie

    Avec les manifestations des jeunes pour le climat, au printemps, certains ont cru que la démocratie allait faire la preuve de son efficacité en matière environnementale. Après des décennies d’aveuglement, d’errance ou d’atermoiement, la priorité climatique, au moins, serait propulsée en tête de tous les agendas politiques, en particulier en Europe avec le scrutin du 26 mai.

    Un thème qui peine à s’imposer

    Les écologistes ont fait des percées remarquables dans certains pays, mais ils n’ont obtenu que 10 % des sièges au Parlement européen, comme si les citoyens ne se résolvaient pas à placer l’environnement en tête de leurs préoccupations malgré le matraquage médiatique sur la question du climat. Il est vrai que les Verts n’ont plus le monopole...

    Lire la suite

  • Nethys: le départ de Stéphane Moreau ne règle pas tout, loin de là

    Et voilà, c’est fait ! La Wallonie a la réponse à la question la plus souvent posée depuis trois ans : « Quand Stéphane Moreau va-t-il quitter la direction de la société liégeoise Nethys ? » Lundi, le président du conseil d’administration Pierre Meyers n’a pas tourné autour du pot : « Vous voulez savoir ? Eh bien on va vous le dire ! En termes crus, quand les opérations de privatisation seront accomplies, il ne sera plus là. On met fin à son contrat sans indemnité, sans parachute et sans...

    Lire la suite