Accueil Société Régions Namur-Luxembourg

Thomas Meunier: «Si je peux me libérer, je viens aux stages d’Arlon et Bastogne»

L’Ardennais du Paris Saint-Germain a salué les petits joueurs du stage qu’il parraine. Il revient sur ses terres dès qu’il le peut. L’occasion pour la presse de revenir sur sa saison et son avenir. Entretien.

Entretien - Journaliste de la cellule wallonne Temps de lecture: 4 min

Ce lundi matin, les stages BDK-Thomas Meunier orchestrés pour une centaine de petits footballeurs ont démarré sur les chapeaux de roue à Bastogne et Arlon, puisque Thomas Meunier qui a heureusement pu trouver un Thalys dans l’univers ferroviaire français très chahuté est arrivé au stade du Sans-Souci à Bastogne dès la première heure pour une séance de dédicaces, puis au stade de la Cova à Arlon vers 10h30.

Chaque année, l’Ardennais du Paris Saint-Germain prend du plaisir à passer par les stages BDK qu’il parraine, organisés par son ami Dominique Gardeur.

Arrivé avec Alan Robert, coordinateur des stages et qui a une voiture immatriculée, un pur hasard, 1-PSG-…, Thomas Meunier a accordé une interview à la presse provinciale avant d’aller signer des autographes sur de nombreux maillots portés par les enfants, aux couleurs de l’équipe nationale belge, de Chelsea, de Barcelone ou de Madrid. Peu du PSG, mais Thomas n’en a cure.

« C’est toujours un bonheur de faire plaisir aux enfants. Enfant, j’ai participé à ces stages et j’en garde un excellent souvenir. Si je peux me libérer, je viens, et comme aucun entraînement n’était prévu ce lundi, c’était parfait. Ce sont des stages où on vient pour se faire plaisir, exactement dans l’esprit que l’on m’a inculqué à l’époque, celui de jouer par passion et amusement avant tout. C’est une bonne école, on se fait des copains, on s’intègre dans une dynamique, cela fait partie de l’apprentissage du football. »

Même si la saison n’est pas terminée, tant s’en faut, ce fut l’occasion de tirer un premier bilan. Satisfait ou non ?

« C’est une saison compliquée par rapport à l’an passé où j’avais joué 35 matchs. Cette saison, seulement 15 dans leur totalité pour l’instant. Donc, il y a un peu de frustration car mon plaisir est d’être sur le terrain. Je prends mon mal en patience car la fin d’année sera dense puisqu’on jouera contre Monaco dimanche soir pour enfin espérer décrocher le titre, puis il y aura la coupe de France. Et je me prépare également pour la coupe du monde. »

La saison prochaine sera-t-elle une année de changement ?

« C’est difficile à dire car on ne sait rien. Je suis encore sous contrat pour deux ans au PSG, mais mon objectif est de jouer, c’est mon plaisir. Et si je dois redescendre d’un cran pour jouer plus, je le ferai. Mais actuellement, contrairement à certains bruits, je n’ai aucun contact. Le PSG est devenu une référence européenne même s’il doit encore prouver quelque chose sur la scène de la Champions League, mais il y a beaucoup de clubs un ton en dessous qui pourraient m’intéresser. Mais on n’en est pas là. »

Que pensez-vous de Virton, le club qui vous a lancé et qui connaît pas mal de soucis financiers ?

« On se pose beaucoup de questions. Le club a eu pas mal de rentrées ces dernières années et je suis triste de voir que les caisses sont vides. Je ne sais pas expliquer comment ça s’est fait. Mais Virton doit vivre, c’est un club super-important pour la province de Luxembourg et pour la formation. J’ai eu un ou deux coups de fil de dirigeants pour aider à la survie du club, mais cela manquait un peu de tact. Ceci dit, ce n’est pas possible pour moi maintenant, je ne peux me disperser. Une gestion à distance est trop compliquée. »

Justement, vous avez un gros projet horeca à Bastogne, mené avec Dominique Gardeur. Où en est-il ?

« Je suis revenu souvent pour surveiller et finaliser ce projet et j’ai compris que ce n’est pas simple quand on est professionnel à Paris. Mais le complexe Plaza est proche de l’ouverture, ce sera fait avant les vacances d’été. Il y a eu du retard et un arrêt des travaux car on a rencontré pas mal de gens qui voulaient faire partie de l’aventure. On a donc dû corriger certaines choses. On veut proposer quelque chose de différent de ce qui existe déjà à Bastogne, et pour la dynamique commerciale du centre-ville. »

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Namur-Luxembourg

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Lesoir Immo Voir les articles de Lesoir Immo