Accueil Société Régions Namur-Luxembourg

Treignes: Bienvenue dans le Sud!

Les villages du Parc naturel, la voie verte de la Meuse, Haybes et Fumay.

Carte interactive - Temps de lecture: 7 min

Haybes et Fumay

La région du Viroin est certainement l’une des plus belles campagnes de Wallonie à parcourir à vélo. Sur quelques kilomètres de distance, vous allez côtoyer la vallée de la rivière et les contreforts de l’Ardenne avant de vous échapper vers la France et la vallée de la Meuse. Le long du fleuve, vous suivez la voie verte pour aboutir à Fumay où les ardoises sont le reflet de la terre d’Ardenne. Le retour s’effectue via la grande forêt de la Thiérache.

Bienvenue dans le Parc naturel du Viroin-Hermeton… Ici, le sol calcaire capte les rayons du soleil. En effet, étant plus chaud, il attire un biotope exceptionnel. Les lézards, sauterelles et criquets vous plongent dans un autre pays. Vous cherchez le dépaysement ? Vous le rencontrerez ici, à Treignes ! Les pelouses calcaires se recouvrent d’un tapis de fleurs unique en Belgique : on s’y coucherait avec plaisir en compagnie des papillons qui virevoltent autour. Quel agréable moment vous allez vivre en parcourant cette terre à vélo !

Hierges

Ses rues pavées se confondent avec les maisons en pierre : Hierges est sans doute l’un des plus beaux villages de l’Ardenne française. Comme toile de fond, le château, édifié au IX siècle, devient au XVIe siècle un château de la Renaissance mosane, caractérisé par ses briques rouges et ses pierres bleues. Il fut détruit lors de la Révolution française. Il est à noter que ce château de style mosan est la copie conforme de celui de Beauraing.

LA BALADE

►1 > 2 = 7 KM

De la gare de Treignes à la place de Hierges

De l’imposante gare située dans un si petit village, partez pour un voyage vers la France. À Treignes, vous êtes sur la terre calcaire de la Calestienne, région de grottes, qui se craquelle. Sur la route, les villages que vous allez traverser semblent immuables et figurent parmi les plus beaux de Belgique. De là jusqu’à Mazée, il fait bon vivre. Les pierres calcaires rayonnent la chaleur : on se croirait dans un village du Sud ! La route suit la ligne de chemin de fer qui est encore exploitée les week-ends de saison par des trains à vapeur. Au Vieux Moulin, une petite côte vous attend pour rejoindre Mazée, puis Vaucelles, village à la frontière des deux pays. Pour y accéder, empruntez la route sinueuse qui s’enfonce dans ces terres aux airs de campagne française. Après un virage, à l’entrée de Vaucelles, la route longe les flancs des coteaux de prairies calcaires. La vue qu’elle offre sur le village vous donne l’impression d’être sur une départementale de Provence… Paisible, vous roulez sur ces voies sans trafic jusqu’à Hierges. Une petite descente et vous êtes en France ; cela se voit dans l’architecture et l’aménagement de ce village, considéré comme l’un des plus beaux de l’Ardenne française. Ce tableau est embelli par les ruines du château que vous longez en arrivant de Belgique. Notez sur la petite place la présence du restaurant La Causerie des Lilas, où vous pourrez déguster soit une assiette ardennaise, soit un petit café bien corsé de France, en fonction de l’heure à laquelle vous y parvenez.

►2 > 3 = 6 KM

De la place de Hierges à l’accès à la voie verte, à Ham

Traversez la jolie place pavée et roulez vers le rond-point où passe la nationale. Ne l’empruntez pas, mais suivez plutôt l’accès au village d’Aubrives. Là se détache le large ruban bleu de la Meuse. Pour rejoindre la voie verte, il va falloir passer sur l’autre rive. Suivez dès lors la route qui longe le fleuve, vers Ham. À l’horizon, les grosses fumées annoncent la présence de la centrale nucléaire de Chooz. Un pont et vous descendez vers le joli village de Ham, blotti sur les rives de la Meuse, qui ne connaît pas encore son cours industriel. À hauteur de l’église, sur la droite, voici enfin votre voie royale : elle va vous mener en site propre jusqu’à Fumay. Dans sa traversée de l’Ardenne française, la Meuse s’inscrit au fond d’une vallée très encaissée. Le fleuve glisse 300 mètres plus bas que le sommet des collines. Des versants raides, couverts de forêts, encadrent la vallée étroite que vous longez.

►3 > 4 = 19 KM

De l’accès de la voie verte, à Ham au pont de Fumay

Vous roulez en toute quiétude. Le voyage peut se poursuivre vers Charleville-Mézières ou bien même au-delà de Sedan. Notez qu’il est possible de repartir en train, grâce au réseau du TER qui permet d’emporter gratuitement les vélos. Vous traversez Vireux. Deux villages constituent l’entité. L’un est baigné par la Meuse, l’autre se cache des regards, blotti dans le méandre du Viroin. Tous deux ont connu la fortune grâce, d’une part, à la présence de l’armée à Givet et, d’autre part, à l’exploitation des forges. Témoins de ce passé, de riches demeures s’étalent le long des rives de la Meuse. Plus loin, à 12 kilomètres, sur la place d’Haybes, de grandes photos commémorent ce qui s’est déroulé voici plus de 100 ans. Le 24 août 1914, l’armée allemande fonce à travers l’Ardenne en éliminant toute poche de résistance. À Haybes, c’est le massacre : 52 civils sont fusillés, la cité martyre brûle. Le département va sombrer dans quatre ans d’occupation… La voie verte se poursuit au gré des rives de la Meuse. Vous pouvez remarquer des barrages à aiguilles, qui permettent de réguler le cours du fleuve en ajoutant ou en enlevant des rondins de bois. La Meuse est le seul fleuve où l’on pratique encore ces gestes ancestraux. Voici Fumay, dont le nom renvoie à l’exploitation de l’ardoise, ces plaques de schiste d’un gris sombre ou bleuté qui ont couvert des siècles durant les toits des maisons de la région. Si elle fit la fortune de Fumay, elle a aussi plongé ses fils, ses femmes et ses enfants dans l’enfer de l’eau glaciale des galeries. Leur labeur les poussait à creuser dans le schiste 14 heures d’affilée : en 1971, tout s’est arrêté… De nos jours, le port fluvial, qui voyait partir les ardoises aux quatre coins du monde, est devenu un agréable port de plaisance. Une sympathique baraque à frites vous donnerait bien envie de vous arrêter…

►4 > 5 = 8 KM

Du pont de Fumay à Oignies-en-Thiérache

La voie verte enjambe le pont routier de Fumay. Avec un peu de regret, vous abandonnez la voie verte qui file vers le sud, vers Charleville-Mézières. Poursuivez jusqu’au rond-point, situé au-dessus du village. Longez la nationale sur 200 m, vers la droite, direction Givet. Un carrefour à gauche et vous entrez en Thiérache via une route qui serpente dans la grande forêt. La côte est longue, ardue. Après le bon revêtement français où vous avez le luxe de rouler sur une piste cyclable, dès que la frontière est franchie, la route se rétrécit et se casse en nids-de-poule. Enfin le sommet. Vous basculez directement vers Oignies-en-Thiérache, disposé dans une dépression fagnarde.

►5 > 1 = 11 KM

De Oignies-en-Thiérache à la gare de Treignes

Du village, une route à droite et vous suivez la direction de Le Mésnil, un hameau qui reflète la douceur de vivre du Parc naturel. Vous noterez aussi la beauté de la lumière. Celle-ci semble particulière à cette bande de calcaire étroite du sud de la province de Namur, que l’on appelle la Calestienne. Retour en forêt : elle paraît immense. Un virage à gauche et voici qu’apparaît la direction de Treignes. Une nouvelle descente s’annonce. Du plus petit développement imposé par la côte, vous enclenchez le troisième plateau pour rejoindre le magnifique village, lieu de votre départ, enclavé le long de la rivière poissonneuse. La petite route se faufile dans le massif forestier avant de descendre abruptement vers le village. À l’arrivée, vous aurez face à vous l’image d’une belle carte postale de Treignes, avec son église et son pont en pierre. En bas de la descente, le Viroin se tord entre les futaies et longe une réserve naturelle. La fin de la balade vous offre un moment de détente : quel plaisir que celui de flâner le long des rives après les efforts consentis pour boucler cette magnifique balade !

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Thierry Darquenne, mardi 10 avril 2018, 12:37

    Dommage que sur la carte parue dans la version papier l'hydrographie a subi un déplacement d'environ 3km vers l'est et de 2 km vers le nord...alors que sur la carte interactive c'est correct.

Sur le même sujet

Aussi en Namur-Luxembourg

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Lesoir Immo Voir les articles de Lesoir Immo